Collège d'Hypnose de Paris: une Formation Ericksonienne, Médicale, EMDR
Formation Hypnose à Paris
7ème Session: Analyse des pratiques, supervision. Formation en EMDR - IMO, 3 Jours à Paris. Groupe Bordeaux 6ème Session: Formation en EMDR - IMO 5ème Session: Formation Thérapies Brèves Orientées Solution 4ème Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique. Session 2. Formation en Thérapies Brèves Orientées Solution. Groupe Orange. 3ème Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique. Session 1. Formation en Thérapies Brèves Orientées Solution. Groupe Orange 2ème Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique Formation en EMDR - IMO, 3 Jours à Paris. Groupe Orange 1ère Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique Formation EMDR - IMO: Thérapie Intégrative du Psychotraumatisme Supervision de thérapeutes avec Sophie TOURNOUËR Supervision en Hypnose, EMDR - IMO avec Laurent GROSS Master Class exceptionnelle: la provocation bienveillante, avec le Dr Yves DOUTRELUGNE. Formation exceptionnelle Hypnose Profonde et Directivité avec le Dr Dominique MEGGLE EMDR - IMO : Les mouvements oculaires en psychothérapie Supervision de thérapeutes avec le Dr Philippe AÏM MASTER CLASS Pr Antoine BIOY "Développez votre intuition, empathie, et créativité grâce à l’hypnose" - Janvier 2018 à Paris Master Class: Hypnose non-verbale avec le Dr Isabelle BOUILLEVAUX Hypnose : les compétences de base pour la pratique avancée. Conférence de Dan Short à Paris!
Formation au Collège d'Hypnose & Thérapies Intégratives de Paris: Formation en Hypnose Médicale et Paramédicale, Hypnothérapie, Hypnose en Douleur Aiguë et Chronique, Formation EMDR, Hypnose Ericksonienne à Paris

Hypnoscope Mars 2021 - Actualités Thérapeutiques



Au centre hospitalier de Cahors, on se prépare à l’hypnose thérapeutique par la réalité virtuelle - La Dépêche.fr

L’hypnose thérapeutique fait des miracles, y compris chez les jeunes patients. Fort de son expérience en la matière, le service pédiatrie du centre hospitalier de Cahors souhaite développer ce procédé, avec le soutien d’Hôpital Sourire.

« Le projet serait de mettre en place une hypnose thérapeutique grâce à la réalité virtuelle, dévoilent le docteur Thierry Lecine, pédiatre et Marie-José Tecles la référente de l’association pour le Lot. Grâce à cette technique innovante, nous parvenons à déconnecter le patient qui ressent moins d’angoisse et moins de douleur, sans intervention médicamenteuse ».

Le concept utilise un casque permettant de se projeter dans un univers virtuel apaisant. Il présente en effet une action antalgique et une action anxiolytique. « Ce basculement hypnotique, poursuit le pédiatre, favorise également le déroulement des soins ou de l’intervention, et rassure les parents aussi ».

Pour Hôpital Sourire, ce dérivatif qui embarque les enfants dans un état hypnotique a prouvé son efficacité. Marie-José Tecles est ravie de pouvoir accompagner le centre hospitalier dans cette action. « Il faut que nous réunissions les fonds nécessaires pour être en capacité d’offrir le matériel aux équipes soignantes de Cahors. Ce serait une belle opération, après la création d’une aire de jeux, l’installation d’une pouponnière et d’un petit salon », énumère avec satisfaction la représentante de l’association lotoise créée en 2012.

Habituellement, cette solidarité se réalise en direction des enfants, mais avec ce nouveau projet, tant Hôpital Sourire que le centre hospitalier de la ville mesurent les nombreuses opportunités pour les différents services.

« Si cette hypnose par la réalité virtuelle peut adoucir le passage des enfants et des adolescents au bloc opératoire, elle peut également intéresser les patients adultes. Autant en faire bénéficier le plus grand nombre », reconnaissent les partenaires.
Pour concrétiser ce projet, Hôpital Sourire a déjà reçu quelques soutiens financiers, et compte sur la générosité de tous ceux qui le pourront.

Un outil innovant au service de la médecine
« Il faut compter une dépense de 1500 à 2000€ par an, sur 3 ans, pour l’acquisition d’une mallette », précise le docteur Lecine qui a pu tester hier l’équipement présenté par la société montpelliéraine Caycéo. Cela comprend un à plusieurs casques de réalité virtuelle, des écouteurs, un routeur Wifi, une tablette qui sert d’interface, de nombreux logiciels accessibles à partir de 6/8 ans, ainsi que des jeux pour les plus petits, etc. « Le protocole d’hypnose est scientifique et particulièrement intéressant puisqu’il n’est pas nécessaire d’être formé à l’hypnose pour pouvoir utiliser cet outil innovant », reconnaît le docteur Thierry Lécine, encore fasciné par son expérience dans un lagon virtuel.
Laetitia Bertoni

Accouchement : l’hypnose comme déconditionnement de la douleur - Santémentale.fr

La Fondation APICIL présente dans un communiqué le projet de recherche de Christine Chalut-Natal Morin, doctorante sous la direction du Pr Antoine Bioy, enseignant chercheur à l’Université Paris 8, lié aux douleurs de l’accouchement et au recours à l’hypnose comme processus de désapprentissage de la douleur. Cette recherche vise à remettre les femmes au centre du processus de gestion de la douleur de l’accouchement, en s’appuyant sur une capacité spécifique de la femme enceinte : son haut potentiel d’hypnotisabilité (1). La Fondation APICIL soutient la mise en oeuvre de cette étude, à hauteur de 29 976€ au côté de l’Université Paris 8.

Les représentations autour de l’accouchement ont considérablement évolué ces trente dernières années. La notion de contrôle est aujourd’hui omniprésente dans une maternité ; notamment avec le contrôle médical tout au long de la grossesse, avec l’hypermédicalisation de l’accouchement et le contrôle de la douleur grâce à la systématisation de l’anesthésie péridurale.

Paradoxalement, plus l’environnement est sécure, moins l’accouchement est douloureux et plus les femmes sont angoissées. Cette angoisse est essentiellement liée à la peur de ressentir la douleur. Cette dernière peut être envisagée comme une douleur programmée, entretenue et majorée par les phénomènes d’anxiété qui s’y rattachent et sont source de stress. Ces phénomènes nuisent au bon déroulement de l’accouchement, entravent le processus de naissance et augmentent les interventions médicales qui induisent à leur tour certaines complications tant médicales que psychologiques. Ce projet vise à remettre les femmes au centre du processus de gestion de la douleur de l’accouchement en s’appuyant sur une capacité spécifique à la femme enceinte : son haut potentiel d’hypnotisabilité.
« La littérature scientifique sur l’hypnose et l’obstétrique est assez ambivalente. Elle est aussi partielle, car n’aborde que certains paramètres et n’offre pas réellement une vision sur les processus dynamiques à l’oeuvre. Cette recherche est importante parce que pour la première fois, elle teste un modèle de compréhension de la dynamique d’accompagnement auprès de femmes enceintes jusqu’au contexte de l’accouchement et s’intéresse évidemment au vécu qu’il génère. Par ailleurs, l’hypnose n’est ici pas désignée comme une simple technique de soutien contre la douleur mais elle est comprise comme une approche qualitative, respectant cette période importante qui mobilise chez les femmes accompagnées, leur rapport au corps, à leur histoire, à leurs repères de vie. L’hypnose est aussi une façon de jouer avec le temps, en préparant un avenir qui prend racine dans une évolution personnelle et dans un présent où tant de choses se trouvent remaniées. Le fait que les femmes enceintes soient plus sensibles à l’hypnose peut bien entendu être vu comme les conséquences de processus psycho-physiologiques.
Mais on peut aussi y voir le besoin de ces femmes, de ces futures mères d’un premier ou nouvel enfant, de ressentir la façon dont l’enfantement à venir dessine un nouveau rapport au monde et combien l’hypnose, qui interroge les plans corporels, psychiques, spirituels / existentiels, peut participer de ce mouvement. »
Pr Antoine Bioy, Enseignant chercheur (Paris 8) et psychologue hypno-thérapeute attaché au CHU Bordeaux.

Bénéfices attendus

Au-delà du bien-être et du confort, qui sont primordiaux pour les patientes pendant leur accouchement et des bénéfices médicaux et psychologiques cités ci-dessus, cette capacité retrouvée à gérer la douleur de l’enfantement aura un impact spécifique sur l‘accouchement d’une femme et la naissance d’une mère qui influencera probablement la relation mère-enfant.

En termes de santé publique :
– Diminution de l’anxiété pendant la grossesse.
– Diminution des interventions médicales iatrogènes4.
– Diminution des troubles psychologiques liés au mauvais vécu de l’accouchement.
– Meilleure satisfaction des patientes.

En termes économiques :
Une diminution des coûts liés à l’accouchement et ses complications est envisagée : moins d’anesthésie péridurale, diminution des effets secondaires des interventions iatrogènes mais aussi des troubles
psychologiques et donc des coûts inhérents à leur prise en charge (traitements, durée de séjour…).

(1) L’hypnotisabilité d’un sujet réfère à sa capacité à entrer en hypnose avec ou sans l’intervention d’une tierce personne dans le cas de l’autohypnose par exemple.

Centre hospitalier Eure Seine. Quand l'hypnose se met au service de la médecine - Le Démocrate Vernonnais

Au Centre hospitalier Eure Seine Evreux/Vernon, l'hypnose a fait son entrée au sein des blocs opératoires et des urgences.

Comme la musique peut détendre un patient avant son opération, l’hypnose peut, elle aussi, aider à calmer ses angoisses et son stress.

Au Centre hospitalier Eure Seine, le personnel a été spécialement formé par l’Institut normand de l’hypnose pour accompagner les patients.

Jean-Baptiste Hardy, anesthésiste réanimateur, a suivi une formation de deux ans pour pratiquer l’hypnose dite Eriksonnienne. Objectif: « maîtriser le langage qui permet de traiter l’anxiété et la douleur chez son patient ».

Une façon d’avoir moins recours à la solution médicamenteuse tout en privilégiant le confort de la personne prise en charge.

Hypnose conversationnelle
C’est par la parole que le médecin tente de faire « oublier » au patient l’instant présent.

« On parle calmement, on choisit nos mots et des images positives, raconte le praticien. L'objectif en préopératoire par exemple, c'est que le patient calme ses angoisses, son stress, qu'il ait un meilleur ressenti et qu'ensuite, il n'ait pas de souvenir traumatique de son opération ou de son réveil ». Jean-Baptiste Hardy, Médecin anesthésiste

Le patient est amené à se détacher de la situation présente pour s’imaginer être dans un endroit qu’il aime, avec des sensations agréables et en étant parfaitement détendu.

Moins d’effets secondaires
Que chacun se rassure, pas question de se faire opérer à cœur ouvert uniquement sous hypnose. L’hypnose intervient en complément d’une anesthésie locale : « Au CH Eure Seine, on ne pratique pas l’hypnose en anesthésie générale ».

Si, en ce moment, beaucoup d’opérations ont dû être déprogrammées en raison de l’épidémie de coronavirus, l’hypnose est également utilisée aux urgences :

« On l’utilise aux urgences pour poser une attelle ou une perfusion par exemple, lorsqu’il faut faire des points de suture ».

Du côté des patients, « nous n’avons jamais de retour négatif. C’est même parfois une demande de leur part lorsqu’ils ont déjà expérimenté l’hypnose pour se soulager d’une addiction comme arrêter de fumer ».

L’hypnose permet également de mieux gérer sa douleur : « On évite ainsi les effets secondaires inhérents aux médicaments. Les réveils se déroulent de façon plus apaisée ».

Et parce qu’ils sont très réceptifs à tout ce qui touche l’imaginaire, les enfants « sont les premiers à ressentir les bienfaits de l’hypnose ».

Accompagner le patient
Le médecin, lui, apprécie d’avoir ajouté « une corde à son arc. On développe beaucoup plus l’empathie, l’écoute. Lorsque l’on est anesthésiste, on a une prise en charge globale du patient. C’est à nous de le préparer au mieux à subir un geste chirurgical et l’hypnose est un bon moyen d’accompagner le patient ».

Neurologie, gériatrie, rhumatologie, néphrologie, oncologie, gynécologie obstétrique, pédiatrie, pneumologie… tous les services de l’hôpital sont concernés et nombreux sont les soignants qui se sont formés.

« Dix à quinze de mes patients par jour bénéficient d’un accompagnement par l’hypnose », précise Jean-Baptiste Hardy.
Fabienne Marie

Rédigé le Mardi 13 Avril 2021 à 14:27 | Lu 155 fois modifié le Mardi 13 Avril 2021

Marion CHERVY
Directrice Communication au CHTIP En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
Twitter



Tel: 09 51 00 86 48






Les blogs
par Laurence ADJADJ

Formation EMDR - IMO, Hypnothérapie à Marseille. 8 jours

Formation en Hypnose et Mouvements Oculaires de type EMDR-IMO pour les praticiens professionnels de...

par Laurence ADJADJ

Formation EMDR - IMO à Marseille. 3 Jours

Prise en charge intégrative du Psychotraumatisme. 3 jours Formation en Hypnose et Mouvements...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 3 de 1ère Année

Programme de la Session 3 de la formation en hypnose ericksonienne à Marseille : 3 Jours - Les...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 2 de 1ère Année

Programme de la Session 2 de la formation en hypnose thérapeutique : Objectifs pédagogiques de...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 1 de 1ère Année

Programme de la Session 1 : Module 1 : les fondamentaux de l’hypnose Durée : 3 jours Objectifs...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et sevrage tabagique

Comment l’hypnose permet de se libérer du tabac   L'hypnose est reconnue comme l'un des...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et Burn out

Le Burn out ou le syndrome d'épuisement professionnel Comment l’hypnose permet de sortir du burn...


Le CHTIP devient membre de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves

En ce jour de Janvier 2019, le Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris rejoint la CFHTB Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves.

La CFHTB regroupe des Instituts Milton Erickson et des associations de praticiens travaillant dans le champ de l’hypnose et des psychothérapies brèves.
Elle représente environ 3000 professionnels de France, Belgique, Suisse et Québec.



Comment reconnaître une "bonne" formation à l'hypnose ?

L'hypnose, en tant que technique de soins, est de plus en plus reconnue, de nombreuses publications scientifiques lui sont consacrées et ont montré l'efficacité de cette technique, les neurosciences donnent une assise encore plus scientifique à l'hypnose en montrant qu'il se "passe quelque chose" d'identifiable au niveau cérébral pendant l'hypnose, l'académie de médecine reconnaît dans un rapport récent qu'il s'agit d'une thérapie qui a montré son efficacité dans les soins douloureux ou dans des troubles psychiques tels le psychotraumatisme, et le dernier rapport de l’INSERM fait le tour d’un grand nombre de publications qui attestent de son intérêt en situations de soins...


Formation réservée exclusivement aux professionnels de santé

Médecins,
Dentistes,
Sages-Femmes,
Infirmièr(e)s,
Kinésithérapeutes,
Ostéopathes,
Orthophonistes,
Psychologues,
Psychothérapeutes,
Ergothérapeutes,
Psychomotricien(ne)s
Assistantes Dentaires

Tous les professionnels de santé, pour une formation en hypnose médicale et paramédicale.