Collège d'Hypnose de Paris: une Formation Ericksonienne, Médicale, EMDR
Formation Hypnose à Paris
Collège d'Hypnose de Paris: Formation en Hypnose Médicale et Paramédicale, Hypnothérapie, Hypnose en Douleur Aiguë et Chronique, Formation EMDR, Hypnose Ericksonienne à Paris

Hypnoscope Mai 2014 - Actualités Thérapeutiques



Les urgentistes recourent à l'hypnose médicale Séverine GUÉGUEN.Ouest-France

Bien loin d'un numéro de foire, l'hypnose est de plus en plus utilisée dans la prise en charge de la douleur des patients. Aux urgences de Fougères, les médecins sont tous formés à cette technique.

Qui n'a pas en tête des spectacles hauts en couleurs où, par un claquement de doigts de l'hypnotiseur, le public se trouve envoûté par sa voix et perd tout contrôle de la situation ? L'hypnose médicale n'a rien de semblable. « Il s'agit d'une technique d'aide utilisée dans les situations de douleur, de stress ou d'angoisse », définit Didier Marchand, chef de service des urgences du centre hospitalier de Fougères.
L'état hypnotique se définit comme un état modifié de nos perceptions. Le médecin précise : « Il s'agit bien d'un état de veille et non de sommeil : la conscience du patient est guidée par le médecin, pour se concentrer et se rendre extrêmement attentive sur une conversation. »

Formés à l'Institut de formation et de recherche en hypnose et communication thérapeutique Émergences à Rennes, les sept médecins urgentistes de l'hôpital fougerais se sont spécialisés à des techniques permettant la prise en charge de la douleur aiguë. « Nous pratiquons l'hypnose depuis plus de trois ans. Parfois même dans les ambulances », précise-t-il.

Mieux accompagner les patients...

À Fougères, l'hypnose médicale débute dès les premiers échanges entre médecins et patients. « Lors d'un soin et, a fortiori au service des urgences, le patient peut se retrouver dans un contexte anxiogène, décrit Didier Marchand. Il est alors primordial de se mettre à la place du patient, afin de mieux comprendre ce qu'il peut recevoir de la part des soignants ». Les bons mots pour soulager les maux...
Entendre « N'ayez pas peur », « ça va être long », « ça ne fera pas mal » peuvent aggraver les choses... Le médecin ajoute : « Ces phrases sont à éviter car elles focalisent l'attention du patient sur ce qui est redouté : la peur, l'inquiétude, le mal... » Leur volonté ? Instaurer un climat sain et bienveillant, pour le bien-être du patient.

...et capter leur attention

« Lorsque la situation s'y prête, nous pratiquons l'hypnose conversationnelle », indique l'urgentiste. C'est-à-dire amener le malade à focaliser son esprit sur un autre sujet, et ce, en toute conscience. Et d'illustrer : « Par exemple, pour poser un plâtre sur le bras fracturé d'un enfant, je lui demande d'imaginer un gobelet dans la main, et de prêter toute sa concentration à ce que le contenu ne se renverse pas ».
Le temps de la conversation, le soin se passe alors dans le calme, sans mouvement brusque, ni angoisse du patient. « Les enfants sont généralement plus réceptifs à l'hypnose que les adultes, en raison de leur imaginaire. Les personnes âgées aussi. »

À l'hôpital de Fougères, l'hypnose n'est pas réservée aux urgentistes. Elle se développe aussi dans les autres services. Pour la péridurale lors d'un accouchement, par exemple. Ou même pour éviter l'anesthésie générale, lors d'une opération chirurgicale. Dès lors, les thérapeutes procèdent à l'hypnose dite formelle : « Le médecin et le patient s'accordent sur un souvenir heureux vers lequel le soigné va se laisser entraîner par hypnose, mais toujours en pleine conscience. »

Hypnoscope Mai 2014 - Actualités Thérapeutiques

La place de l'Hypnose au CHU de Poitiers

Soulager les patientes opérées de scoliose

Le service d'orthopédie-traumatologie a intégré l'hypnoanalgésie dans la prise en charge de la douleur depuis 2008 et expérimente depuis un an un projet médico-soignant dédié aux patientes opérées de scoliose. Une idée amenée par le Pr Pierre Pries, chirurgien orthopédiste responsable de l'unité rachis, avec l'aide de Marie-Pierre Delaunay, infirmière hypnopraticienne dans le même pôle. Tous deux ont décidé de mutualiser leurs compétences pour tenter de soulager les patientes opérées pour une correction de scoliose ou autre déformation de la colonne : une intervention très douloureuse, pratiquée dans la plupart des cas sur des jeunes filles en fin de croissance particulièrement sujettes au stress. Avec l'accord de la patiente et de sa famille lorsqu'elle est mineure, l'infirmière hypnopraticienne procède à une première séance d'hypnose conversationnelle la veille de l'intervention pour une prise de contact et des explications. Elle revient avec le kinésithérapeute au lendemain de l'intervention et accompagne le premier passage assis au bord du lit d'une séance d'hypnose formelle. Elle intervient de nouveau le surlendemain pour le premier lever. Les jours suivants et jusqu'à la sortie, en moyenne huit jours après l'intervention, la patiente apprend enfin des techniques d'autohypnose qui doivent la rendre plus autonome dans le processus de guérison.


Des résultats positifs

« La correction des scolioses est une chirurgie douloureuse, notre rôle est d'apporter confort et mieux-être aux patientes. Une douzaine d'entre elles ont bénéficié d'une prise en charge par l'hypnoanalgésie. Les résultats sont spectaculaires' et positifs, pour elles et pour leurs familles », témoigne le Pr Pries. « Une évaluation médicale est actuellement réalisée sur les apports de cette pratique en fonction de différents critères : l'échelle de la douleur, l'anxiété, la consommation de médicaments comme les antalgiques morphiniques lourds en effets secondaires, ainsi que la durée d'hospitalisation, déjà réduite à six jours et qui pourrait être abaissée à cinq », poursuit-il. Ce projet innovant a été très bien accueilli par le service et par la direction, qui encourage le développement de cette pratique par la mise en place d'une formation certifiée mais non diplômante de sept jours ouverte principalement aux infirmiers. Une soixantaine de personnes ont ainsi été formées depuis deux ans. Une formation à l'hypnose conversationnelle a par ailleurs débuté depuis quelques mois dans le pôle neurosciences-locomoteur auprès des aide-soignants, infirmiers, kinésithérapeutes et manipulateurs radio demandeurs. L'équipe médicale se montre elle aussi convaincue : chirurgiens et anesthésistes sollicitant ponctuellement les services de l'hypnopraticienne, par exemple pour des pansements douloureux.


Etendre la pratique et développer la formation

L'encadrement du pôle neurosciences-locomoteur a initié et encouragé le développement de ce projet. « L'hypnose induit des valeurs de bienveillance et de bientraitance, elle implique une relation plus forte avec le patient et redonne tout son sens à la notion de prendre soin'. A ce titre, ce projet est un axe prioritaire du projet soignant du pôle », explique Marie-France Joyeux- Soyer, cadre supérieur de santé. « Nous souhaitons donc poursuivre la prise en charge en traumatologie et l'étendre à d'autres services en développant la formation institutionnelle des soignants et la formation du pôle. Cela permettra par ailleurs d'éviter l'écueil de la dépendance des soins à une seule personne », ajoute-t-elle.
Une consultation d'hypnose infirmière sera par ailleurs ouverte au public au sein de l'unité de médecines alternatives du centre régional d'étude et de traitement de la douleur à l'automne prochain.

Les différents types d'hypnose
Les trois types d'hypnose pratiqués lors de la prise en charge des patientes opérées de scoliose :



" L'hypnose conversationnelle:

Tout en conversant tranquillement avec le patient, l'hypnopraticien mène un travail complexe favorisant un climat dissociatif et apaisant, grâce à une trame de communication paraverbale hypnotique. La spontanéité et l'improvisation caractérisent cette forme d'hypnose.


" L'hypnose formelle
:
L'hypnopraticien amène par sa simple voix à détacher le patient de son symptôme, douleur ou stress, pour modifier sa perception selon des phases bien définies : focalisation, induction, dissociation, transe, retour.

"
L'autohypnose
:
Le patient apprend à induire une transe personnelle suivant le même schéma qu'une séance d'hypnose formelle. Il peut modifier sa perception douloureuse ou
émotionnelle à tout moment lorsqu'il en sent le besoin, par la mobilisation de ses ressources personnelles mises en lumière auprès de l'hypnopraticien.


Questions à... Marie-Pierre Delaunay, Infirmière hypnopraticienne



Comment en êtes-vous arrivée à pratiquer l'hypnose ?
Je suis infirmière en traumatologie au CHU depuis dix ans, et j'ai découvert le soin par l'hypnose au cours de la préparation de mon diplôme universitaire « douleur » en 2003. De 2008 à 2010, j'ai suivi une formation d'hypnose à l'Institut français d'hypnose à Paris, qui m'a délivré un diplôme d'hypnopraticienne en hypnoanalgésie et hypnosomatique. J'ai rapidement appliqué ces compétences au service des patients de traumatologie, par exemple au moment des pansements dans le cas de plaies douloureuses et complexes.

Comment cette pratique est-elle perçue autour de vous ?
Il est vrai que notre demande de formation à l'hypnose a tout d'abord étonné, mais l'institution nous a offert cette opportunité et nous sommes aujourd'hui deux hypnopraticiennes diplômées avec Béatrice Geaugeais, infirmière puéricultrice aux urgences pédiatriques. Depuis les débuts, je dirais que cette autre manière de soigner est perçue de façon simple. Les patients sont curieux au départ, et il faut parfois mener un travail de démystification, mais ils adhèrent vite et le discours devient inutile devant l'efficacité des résultats. De même pour les soignants et les médecins.



Qu'est-ce que l'hypnose apporte de plus que des soins « classiques » ?
La chimie est importante, mais parfois elle ne suffit pas et l'hypnose intervient comme une technique de soin complémentaire pour soulager la douleur. Et puis il s'agit d'établir une relation de confiance mutuelle avec le patient qui, guidé par l'hypnopraticien, va puiser dans ses ressources personnelles pour participer à son soulagement, voire à sa guérison. On dit que l'hypnose permet au soignant de « soulager les maux avec les mots », de modifier le soin et
 de « faire du bien sans faire du mal ». Je trouve que c'est une belle représentation de cette médecine alternative.

1 2


Rédigé le Dimanche 11 Mai 2014 à 00:58 | Lu 1277 fois modifié le Lundi 19 Mai 2014

Laurent Gross
Laurent Gross, Formateur, Responsable pédagogique de l'Institut In-Dolore. Il est kinésithérapeute,... En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
Twitter



Tel: 09 51 00 86 48






Les blogs
par Laurence ADJADJ

Formation EMDR - IMO, Hypnothérapie à Marseille. 8 jours

Formation en Hypnose et Mouvements Oculaires de type EMDR-IMO pour les praticiens professionnels de...

par Laurence ADJADJ

Formation EMDR - IMO à Marseille. 3 Jours

Prise en charge intégrative du Psychotraumatisme. 3 jours Formation en Hypnose et Mouvements...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 3 de 1ère Année

Programme de la Session 3 de la formation en hypnose ericksonienne à Marseille : 3 Jours - Les...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 2 de 1ère Année

Programme de la Session 2 de la formation en hypnose thérapeutique : Objectifs pédagogiques de...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 1 de 1ère Année

Programme de la Session 1 : Module 1 : les fondamentaux de l’hypnose Durée : 3 jours Objectifs...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et sevrage tabagique

Comment l’hypnose permet de se libérer du tabac   L'hypnose est reconnue comme l'un des...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et Burn out

Le Burn out ou le syndrome d'épuisement professionnel Comment l’hypnose permet de sortir du burn...


Le CHTIP devient membre de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves

En ce jour de Janvier 2019, le Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris rejoint la CFHTB Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves.

La CFHTB regroupe des Instituts Milton Erickson et des associations de praticiens travaillant dans le champ de l’hypnose et des psychothérapies brèves.
Elle représente environ 3000 professionnels de France, Belgique, Suisse et Québec.



Comment reconnaître une "bonne" formation à l'hypnose ?

L'hypnose, en tant que technique de soins, est de plus en plus reconnue, de nombreuses publications scientifiques lui sont consacrées et ont montré l'efficacité de cette technique, les neurosciences donnent une assise encore plus scientifique à l'hypnose en montrant qu'il se "passe quelque chose" d'identifiable au niveau cérébral pendant l'hypnose, l'académie de médecine reconnaît dans un rapport récent qu'il s'agit d'une thérapie qui a montré son efficacité dans les soins douloureux ou dans des troubles psychiques tels le psychotraumatisme, et le dernier rapport de l’INSERM fait le tour d’un grand nombre de publications qui attestent de son intérêt en situations de soins...


Formation réservée exclusivement aux professionnels de santé

Médecins,
Dentistes,
Sages-Femmes,
Infirmièr(e)s,
Kinésithérapeutes,
Ostéopathes,
Orthophonistes,
Psychologues,
Psychothérapeutes,
Ergothérapeutes,
Psychomotricien(ne)s
Assistantes Dentaires

Tous les professionnels de santé, pour une formation en hypnose médicale et paramédicale.