Collège d'Hypnose de Paris: une Formation Ericksonienne, Médicale, EMDR
Formation Hypnose à Paris
7ème Session: Analyse des pratiques, supervision. Formation en EMDR - IMO, 3 Jours à Paris. Groupe Bordeaux 6ème Session: Formation en EMDR - IMO 5ème Session: Formation Thérapies Brèves Orientées Solution 4ème Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique. Session 2. Formation en Thérapies Brèves Orientées Solution. Groupe Orange. 3ème Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique. Session 1. Formation en Thérapies Brèves Orientées Solution. Groupe Orange 2ème Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique Formation en EMDR - IMO, 3 Jours à Paris. Groupe Orange 1ère Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique Formation EMDR - IMO: Thérapie Intégrative du Psychotraumatisme Supervision de thérapeutes avec Sophie TOURNOUËR Supervision en Hypnose, EMDR - IMO avec Laurent GROSS Master Class exceptionnelle: la provocation bienveillante, avec le Dr Yves DOUTRELUGNE. Formation exceptionnelle Hypnose Profonde et Directivité avec le Dr Dominique MEGGLE EMDR - IMO : Les mouvements oculaires en psychothérapie Supervision de thérapeutes avec le Dr Philippe AÏM MASTER CLASS Pr Antoine BIOY "Développez votre intuition, empathie, et créativité grâce à l’hypnose" - Janvier 2018 à Paris Master Class: Hypnose non-verbale avec le Dr Isabelle BOUILLEVAUX Hypnose : les compétences de base pour la pratique avancée. Conférence de Dan Short à Paris!
Formation au Collège d'Hypnose & Thérapies Intégratives de Paris: Formation en Hypnose Médicale et Paramédicale, Hypnothérapie, Hypnose en Douleur Aiguë et Chronique, Formation EMDR, Hypnose Ericksonienne à Paris

Soulager la douleur en réparant le passé


C’est une jeune femme souffrante et déprimée que je vois entrer dans mon cabinet à la fin du mois d’août 2017…


© Sandra Balsamo (photo © Michel Hidalgo/Samithami)
© Sandra Balsamo (photo © Michel Hidalgo/Samithami)
C’est une infirmière de 35 ans – que j’appellerai Céline – qui souffre depuis l’âge de 20 ans d’une spondylarthropathie mixte axiale et périphérique HLA B27 positive avec présence de sacro-iliite bilatérale de grade 3. Epuisée par la douleur et le manque de sommeil, vidée intérieurement, stressée et angoissée, elle est en arrêt maladie depuis deux ans à cause d’un burn-out.

Ma patiente m’explique d’emblée que le corps médical a vraiment tout mis en oeuvre pour trouver un traitement adapté à son syndrome inflammatoire : Salazopyrine, méthotrexate puis traitement anti-TNF alpha intraveineux par Remicade (infliximab/Inflectra 400 mg) en perfusion à l’hôpital de jour, qu’elle continue de suivre toutes les huit semaines. Ce type de traitement, issu de la biothérapie, fait partie de ceux qui ont révolutionné la prise en charge et l’évolution des maladies inflammatoires chroniques graves et invalidantes. Céline prend aussi des antidouleurs en comprimés. Après échec du Topalgic, on lui a prescrit de l’Efferalgan codéiné à raison de 7 comprimés par jour et du Bi-Profenid 100 mg à la demande. Pour ses problèmes d’insomnie, elle prend tous les soirs de l’Imovane. Son syndrome dépressif est traité par Seroplex 20 mg à raison d’un comprimé chaque matin, et ses angoisses par Lexomil 6 mg à raison de 4 demi-comprimés par jour.

Globalement, et malgré ce traitement, sa douleur reste présente et évaluée à 7 sur une échelle de 10 (échelle EVA) et son sommeil est toujours perturbé. Les effets du burn-out persistent également à travers une profonde fatigue, du stress, de l’agressivité, un repli sur soi et un isolement social – ce qui n’arrange vraisemblablement pas sa situation, les recherches scientifiques montrant justement aujourd’hui que les personnes non reliées aux autres seraient davantage sujettes à l’anxiété, à la dépression, aux tendances suicidaires et à la violence que les autres, et qu’un manque de lien social aurait un impact au niveau cellulaire et pourrait être à l’origine de nombreux foyers inflammatoires. Au départ, Céline, qui avait entendu parler des bienfaits de l’hypnose pour la dépression, venait me consulter simplement dans le but d’« essayer de remonter un peu la pente », sans avoir la moindre idée de l’extraordinaire travail qu’elle allait pouvoir accomplir, via son esprit inconscient, non seulement dans son psychisme mais aussi dans son corps souffrant, grâce à l’hypnose et à l’autohypnose.

1. ANAMNÈSE

Au cours de l’anamnèse qui débute notre première séance, Céline me raconte qu’elle a été très heureuse jusqu’à l’âge de 5 ans, où elle a perdu sa maman – une maman qu’elle adorait et qui lui donnait beaucoup d’amour. Et là, du jour au lendemain, c’est toute sa vie de petite fille qui s’effondre : plus de bras accueillants, plus de câlins, plus de bisous, plus d’histoires dans le lit avant de s’endormir... Et puis, comble de malchance, son papa lui fait même l’affront de se remarier très vite avec une femme qu’elle s’est vue contrainte d’appeler « maman » alors que ce n’était qu’« une marâtre tyrannique, malveillante, jalouse et vicieuse », de laquelle son papa ne l’a jamais protégée...

Selon Didier Anzieu, auteur du livre Le Moi-peau, le nourrisson, pour survivre, ne peut s’appuyer que sur les sensations qu’il ressent à la surface de sa peau, et c’est toujours le corps de la mère et les interactions qu’elle a avec son bébé qui vont étayer et soutenir l’adulte en devenir. En fait, ce sont toutes ces expériences sensitives qui permettent à l’enfant de mettre en place les structures psychiques permettant au Moi de s’installer. On peut donc imaginer la qualité de l’attachement que la petite Céline a pu construire au cours des cinq premières années de sa vie auprès d’une maman aimante et affectueuse, mais aussi toute la frustration qu’elle a pu ressentir du jour au lendemain lorsqu’elle s’en est trouvée privée...

Dans son ouvrage Le corps se souvient, le Dr Arthur Janov, auteur du fameux Le cri primal, affirme : « La force d’un souvenir traumatisant demeure confinée dans l’organisme, tournant en rond dans les zones inférieures du cerveau et attaquant les points faibles du corps, où se manifestent alors les symptômes […]. Nous sommes parfois brusquement affligés de maux de toutes sortes, dont l’origine nous échappe complètement : douleurs du dos, insomnies, maladies chroniques du système immunitaire […], fatigue chronique, dépression […], angoisses… » (3). Avec tout ce qu’elle a eu à porter et à supporter, Céline, depuis des années, souffre des épaules, de la nuque, des cervicales, des lombaires et du bassin. Mais là où les émotions se réveillent, là où je vois des micro-muscles s’activer sur son visage et des larmes lui monter aux yeux, ce n’est pas lorsqu’elle me parle de sa belle-mère ni de ses atroces douleurs physiques, c’est lorsqu’elle me parle de cette maman qu’elle a perdue et de sa souffrance de ne pouvoir la retrouver... M’est avis que c’est cette souffrance morale initiale restée inapaisée qui a déclenché et entretenu sa pathologie inflammatoire et ses douleurs chroniques.

2. NOTRE PREMIÈRE SÉANCE…

A la suite de l’anamnèse, l’induction hypnotique a été très rapide car Céline a choisi de se retrouver en imagination active dans la salle de gymnastique où elle se rend avec joie toutes les semaines pour procéder à des étirements et pratiquer une forme de danse thérapeutique. Les inductions dans lesquelles tous les sens d’un patient sont activés (VAKOG) se révèlent, en effet, des plus performantes.

Ensuite, j’ai suggéré à Céline de se retrouver dans un endroit où elle aimait beaucoup aller quand elle était petite avec sa maman, et elle m’a décrit une jolie plage de sable au bord de la mer, s’étendant à perte de vue. Et là, je lui ai demandé de « marcher le long de cette plage... marcher pour approfondir encore votre état hypnotique… marcher pour remonter le temps… marcher pour aller à la rencontre de cette petite Céline de 5 ans, si malheureuse parce qu’elle a perdu sa maman… ». Au bout de quelques secondes, Céline adulte, dissociée, rencontre sur cette plage son « enfant-intérieur », une petite fille triste et terrifiée. Elle la prend dans ses bras et lui fait des câlins. Je lui demande de la consoler avec ses mots à elle – ce qui va déjà beaucoup l’apaiser, comme je peux le constater en observant son visage. Puis j’explique aux deux Céline – l’enfant et l’adulte – qu’une surprise exceptionnelle les attend sur cette plage : « Et maintenant, en portant votre regard loin sur cette plage, vous pouvez apercevoir… quelqu’un qui vous aime profondément… que vous aimez profondément… et que vous avez toujours voulu voir revenir… et qui est maintenant là, en train de s’avancer vers vous… » Ma patiente se met alors à pleurer doucement.

Mais il ne s’agit pas d’une abréaction violente : ses pleurs ne sont pas provoqués par la douleur ou le découragement comme cela s’est produit tant de fois dans sa vie. Ils surgissent à présent sous l’effet d’une émotion positive qui, grâce à l’état hypnotique, devient possible : l’enfant et l’adulte viennent de retrouver leur maman et se jettent dans ses bras... Ensuite, un double travail va s’accomplir : d’une part, la petite Céline va faire à sa maman autant de bisous qu’elle le souhaite, recevoir autant de câlins qu’elle le désire, et lui confier tout ce qu’elle aurait aimé lui dire avant leur séparation si prématurée. D’autre part, la Céline adulte va lui raconter tout ce qui s’est passé depuis son décès. Enfin, nous passons à la phase de réparation après que les deux Céline se sont réassociées pour ne plus faire qu’une seule personne : « Et à présent, quand je dirai le mot “maintenant”, la maman de Céline va pouvoir réparer… par des quantités de câlins, d’impositions de mains analgésiques et de bisous… toutes les blessures douloureuses causées au fil des années sur le corps de sa fille… et cela en seulement quelques minutes de temps réel à ma montre ! » Et après avoir répété cette phrase une seconde fois, je lance d’une voix plus forte : « Maintenant ! » Tous les détails sur cette technique dite de distorsion du temps figurent dans le deuxième volume des Collected Papers (intégrale des articles du Dr Erickson sur l’hypnose) consacré à l’altération par l’hypnose des processus sensoriels, perceptifs et psychophysiologiques. Cette technique ne constitue pas en elle-même une forme de thérapie mais elle peut être utilisée en hypnose comme « un processus indépendant de réorganisation des significations et des valeurs associées aux réalités objectives et subjectives vécues par le patient ». En effet, en une durée minimum de temps réel, quelques secondes ou quelques minutes suffisent généralement à un patient en état de transe pour vivre ou revivre dans sa tête – mais avec le sentiment de le faire réellement – des séquences qui ont pris, en réalité, beaucoup plus de temps : des heures, des jours, des semaines, des mois, voire, dans le cas présent, des années ! On parle alors de temps subjectif ou personnel du patient.

Car ce qui se passe au cours d’une transe hypnotique, définie comme « suffisamment profonde pour produire une amnésie – et une catalepsie si on la suggérait – mais suffisamment légère pour permettre au sujet de parler librement », ne suit plus du tout un schéma chronologique tributaire de notre espace-temps, mais un schéma personnel subjectif où des actions peuvent se dérouler « avec une rapidité incroyable par rapport au temps mondial » et où « l’activité mentale peut […] se produire à un rythme extrêmement rapide tout en paraissant au sujet se produire à la vitesse habituelle ».


Pour lire la suite de l’article et commander la Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°60


PHILIPPE RAYET Praticien en hypnose clinique (titulaire du Certificat européen d’hypnose et du Certificat d’hypnose clinique de la CFHTB), praticien EMDR-Europe et certifié en Brainspotting. Il exerce en libéral à Paris et dans le Périgord. Agrégé de l’Université et titulaire d’un DEA, il a été aussi professeur dans l’enseignement supérieur. Il intervient dans les congrès internationaux et a participé à plusieurs ouvrages collectifs. Membre de la FF2P, de l’AEPH, de l’IMHE Ile-de- France et du RIME.

Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°60
Février Mars Avril 2021

Dossier : Les techniques de Rossi
Edito : Ernest L. Rossi, celui qui savait poser les questions à Milton Erickson. Julien Betbèze, rédacteur en chef
Papa, maman, le psy et moi. Comprendre le travail transgénérationnel. Bogdan Pavlovici nous invite avec humour à une séance de thérapie familiale

Peur du vide. Quatre situations cliniques. Nathalie Koralnik utilise l’approche de Palo Alto et nous donne des stratégies précises pour affronter la peur du vide.

La poésie, une alliée hypnotique. Pour se séparer de ce qui nous fait souffrir. Nicolas d’Inca

Espace Douleur Douceur

Edito : Douleur ou souffrance ? Gérard Ostermann

L’attente, une infusion dans le temps : Isabelle Devouge et Marc Galy

Soulager la douleur en réparant le passé. Philippe Rayet fait le récit d’une histoire clinique mettant en scène la puissance de l’imagination active

- Quand tout bascule. Luc Evers, passé brutalement du statut de thérapeute à celui de patient témoigne de son expérience et de son utilisation de l’autohypnose avant, pendant et après son opération

Dossier : hommage à Ernest Rossi

Un chercheur en action. Dominique Megglé

Un génie avec beaucoup de lumières. Claude Virot

L’art de l’induction de transe et de l’accompagnement dans le processus hypnotique par le questionnement. Wilfrid Martineau

Rubriques

Quiproquo, malentendu et incommunicabilité. « Illumination ». Stefano Colombo

Les champs du possible. Je ne parle plus l’hypnose. Les troubles du comportement alimentaire et les mots. Adrian Chaboche

Culture monde. Expérience visionnaire d’un soufi. Sylvie Le Pelletier

Les grands entretiens. Mark P. Jensen, soulager les patients de leurs douleurs chroniques. Par Gérard Fitoussi

Livres en bouche

Rédigé le Lundi 26 Avril 2021 à 01:03 | Lu 412 fois modifié le Lundi 26 Avril 2021

Laurent Gross
Dirige le Collège d'Hypnose & Thérapies Intégratives de Paris. Il est kinésithérapeute,... En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
Twitter



Tel: 09 51 00 86 48





Les blogs
par Laurence ADJADJ

Formation EMDR - IMO, Hypnothérapie à Marseille. 8 jours

Formation en Hypnose et Mouvements Oculaires de type EMDR-IMO pour les praticiens professionnels de...

par Laurence ADJADJ

Formation EMDR - IMO à Marseille. 3 Jours

Prise en charge intégrative du Psychotraumatisme. 3 jours Formation en Hypnose et Mouvements...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 3 de 1ère Année

Programme de la Session 3 de la formation en hypnose ericksonienne à Marseille : 3 Jours - Les...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 2 de 1ère Année

Programme de la Session 2 de la formation en hypnose thérapeutique : Objectifs pédagogiques de...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 1 de 1ère Année

Programme de la Session 1 : Module 1 : les fondamentaux de l’hypnose Durée : 3 jours Objectifs...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et sevrage tabagique

Comment l’hypnose permet de se libérer du tabac   L'hypnose est reconnue comme l'un des...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et Burn out

Le Burn out ou le syndrome d'épuisement professionnel Comment l’hypnose permet de sortir du burn...


Le CHTIP devient membre de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves

En ce jour de Janvier 2019, le Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris rejoint la CFHTB Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves.

La CFHTB regroupe des Instituts Milton Erickson et des associations de praticiens travaillant dans le champ de l’hypnose et des psychothérapies brèves.
Elle représente environ 3000 professionnels de France, Belgique, Suisse et Québec.



Comment reconnaître une "bonne" formation à l'hypnose ?

L'hypnose, en tant que technique de soins, est de plus en plus reconnue, de nombreuses publications scientifiques lui sont consacrées et ont montré l'efficacité de cette technique, les neurosciences donnent une assise encore plus scientifique à l'hypnose en montrant qu'il se "passe quelque chose" d'identifiable au niveau cérébral pendant l'hypnose, l'académie de médecine reconnaît dans un rapport récent qu'il s'agit d'une thérapie qui a montré son efficacité dans les soins douloureux ou dans des troubles psychiques tels le psychotraumatisme, et le dernier rapport de l’INSERM fait le tour d’un grand nombre de publications qui attestent de son intérêt en situations de soins...


Formation réservée exclusivement aux professionnels de santé

Médecins,
Dentistes,
Sages-Femmes,
Infirmièr(e)s,
Kinésithérapeutes,
Ostéopathes,
Orthophonistes,
Psychologues,
Psychothérapeutes,
Ergothérapeutes,
Psychomotricien(ne)s
Assistantes Dentaires

Tous les professionnels de santé, pour une formation en hypnose médicale et paramédicale.