Collège d'Hypnose de Paris: une Formation Ericksonienne, Médicale, EMDR
Formation Hypnose à Paris

Collège d'Hypnose de Paris: Formation en Hypnose Médicale et Paramédicale, Hypnothérapie, Hypnose en Douleur Aiguë et Chronique, Formation EMDR, Hypnose Ericksonienne à Paris

Sortir de la dépression ? Pas de Vusucu… Revue Hypnose & Thérapies Brèves 64. Dr Jean-Pierre BOYER


Rubrique Eloigner la dépression
« L’homme qui, en tant qu’être physique, est toujours tourné vers l’extérieur en pensant que le bonheur se trouve hors de lui, se tourne enfin vers lui-même et découvre que la source est en lui. » Sören KIERKEGAARD
En hypnose centrée solution, le thérapeute en quête de ces petits mieux qui vont mener le patient au changement...


Sortir de la dépression ? Pas de Vusucu… Revue Hypnose & Thérapies Brèves 64. Dr Jean-Pierre BOYER
Pas de VuSuCu : un sous-titre qui peut faire sourire, même amener le lecteur-collègue à se dire : quel provocateur ! Et ce lecteur aura presque entièrement raison. Presque. Mon projet n’est pas de faire le malin mais quelque chose de malin, qui pourrait donner des points de référence sur l’esprit du travail en hypnose solutionniste et d’évaluer les progrès dans ce domaine. Enfin provocateur, provocare, pour qu’on en parle. Donc je propose d’expliciter cette question princeps et ces deux sigles bizarres ; base des formations en hypnose thérapeutique que je poursuis depuis une quinzaine d’années (DU de Grenoble, séminaires pour internes en psy, et institut de formation en soins infirmiers).

Commençons par examiner l’intérêt de la question : « qu’est-ce qui est mieux ? », ou ses variantes « quoi de mieux ? » ou « qu’est-ce que vous avez repéré d’intéressant et qui va dans le bon sens, même si ce n’est pas forcément agréable ? ». Depuis que j’ai décidé il y a vingt ans de lier hypnose et approche solutionniste, je commence le premier entretien par cette question : « Qu’est-ce qui est mieux depuis que vous avez pris rendez-vous ? » Et à partir du deuxième rendez-vous, je demande : « Qu’est-ce qui est mieux depuis la dernière fois ? »

Souvent cette question déstabilise, procure une confusion, par rapport aux questions traditionnelles centrées problème. Après une pause, je demande : « Le fait de prendre la décision de consulter est-il le premier mouvement de votre désir de mobiliser vos capacités, vos forces, d’initier des petits changements, de créer des différences ? Pouvez-vous m’indiquer ces différences ? » D’emblée cette question et son épaississement (au sens des thérapies narratives) mettent l’accent sur la direction prise par le patient (client). Celui-ci est bien le héros de la thérapie (Scott Miller). L’évolution viendra de lui. Le changement lui appartient. Le focus est centré sur ses ressources pour aller vers sa solution.

Cette approche se fonde sur des recherches effectuées sur les principaux facteurs de changement dans toutes les formes de thérapies existantes et qui révèlent que le facteur principal (40 % sur le camembert des facteurs) est lié à ce que les personnes font dans leur vie en dehors de la thérapie (Scott Miller et Barry Duncan, Le client héros de la thérapie, voir référence). Le désir de mieux-être, d’augmenter leur puissance d’exister, comme nous l’a montré Baruch Spinoza, s’exprime par de nombreuses initiatives tentées pour créer des différences et qui sont souvent abandonnées si elles ne sont pas adoubées (par le thérapeute ou d’autres) faute d’aboutir immédiatement à un résultat souhaité. L’épaississement s’appuie sur des questions comme : « comment se manifeste ce petit mieux dans votre corps ? qu’est-ce que cela a entraîné dans vos relations ? comment vos proches ou collègues se sont rendu compte du changement ? comment ont-ils réagi ?... ». Tout le matériel recueilli dans cette transe con - versationnelle sera évidemment utilisé dans la transe formelle, pour amplifier le mieux en s’appuyant sur les mots magiques, simples mots prononcés par la personne et qui activeront ses ressources. Utiliser, utiliser, utiliser... comme le proposait Milton Erickson.

DE LA SOLITUDE AU RETOUR DU SOURIRE
Prenons un exemple pour mieux saisir la qualité et la nature des échanges dans la relation thérapeutique...

Geneviève, 35 ans, m’est adressée car elle est très déprimée, agressive, insomniaque avec des troubles des conduites alimentaires ; elle ne se met plus à table avec les autres membres de la famille. Dès qu’elle est installée, je lui demande ce qu’elle a pu repérer de différent depuis qu’elle m’a téléphoné pour prendre rendez-vous. Je précise parfois ma question : qu’est-ce qu’il y a eu de mieux, pas forcément de plus agréable mais de mieux, allant dans un sens qui paraît favorable ?
J’ajoute avec une pointe d’humour un peu confusionnante :
- Thérapeute : « Comme votre ami a dû vous en parler j’ai quelques talents de magicien et le seul son de ma voix au téléphone entraîne des améliorations. Cette intervention me permet de lui préciser ensuite plus sérieusement :
- Th. : Ce qui m’intéresse est le fait qu’en faisant la démarche de prendre rendez-vous, vous vous êtes mise en route pour changer et que votre désir de mieuxêtre a commencé à se manifester et qu’il est important de savoir ce qui est en train et dans quelle direction, et qu’il est important pour moi d’être au courant de là où vous en êtes. Après quelques instants de silence, elle m’indique :
- Geneviève : C’est toujours pareil pour moi et ce serait plutôt pire car j’ai eu une explication avec mon ami. Je me suis mise en colère et ça s’est mal passé.
- Th. : Voilà une excellente réponse à ma question “qu’est-ce qui est mieux”. En quoi c’est différent et intéressant ce qui vient de se passer avec votre ami ?
- G. : J’ai moins noyé le poisson, j’ai arrêté de fuir et de regarder par terre, j’ai été moins lâche que d’habitude.
- Th. : Sur le mode affirmatif en non négatif, moins lâche, moins noyer le poisson, arrêter de fuir, ça veux dire plus de quoi et comment ?
- G. : J’ai enfin affronté les difficultés, j’étais plus en accord avec moi-même, plus authentique (déclare-t-elle, surprise de sa réponse).
- Th. : Qu’est-ce que le fait d’avoir été authentique a amené comme différence dans votre façon d’être et dans vos relations avec vous-même et les autres ?
- G. (elle répond sur le mode affirmatif) : J’ai pu regarder mon ami en face et le voir autrement que d’habitude, même s’il n’était pas content, je l’ai vu comme un être humain, pas seulement comme un grand égoïste, et puis je me suis sentie plus vivante, avec de la chaleur au visage et dans le ventre. Elle me relate par la suite qu’elle a pu également parler à ses enfants et remettre certaines choses au point concernant les études et les week-ends passés chez leur père. Je lui demande ensuite :
- Th. : En supposant que cet entretien soit utile, quelles différences, petits détails, cela amènera dans la semaine qui vient ?
Après réflexion, en riant, elle m’annonce, à ma grande surprise :
- G. : Je vais téléphoner au père de mes enfants pour qu’on parle de ce qui se passe avec eux et de comment on peut faire pour améliorer la garde alternée. » Elle se met à rire. Jusque-là Geneviève ne m’a toujours pas parlé de son ou ses problèmes même si dans ces formulations sous la forme négative elle indiquait ce qui ne lui plaisait pas dans ses habitudes d’avant (moins lâche, arrêter de fuir...). Tout en la félicitant de ce qu’elle a réussi à faire, je lui demande comment elle s’y est prise pour se mettre à dire ce qu’elle avait sur le coeur……

Pour lire la suite de l’article et commander la Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°64




Dr JEAN-PIERRE BOYER Psychiatre des Hôpitaux, ancien chef de service de Psychiatrie et de l’Intersecteur d’addictologie de l’Isère. Formateur en Hypnose médicale thérapeutique (créateur du DU de Grenoble) et en thérapie communautaire intégrative. Auteur de nombreux ouvrages : Attendre et voir (Ramsay), L’Indien qui est en moi, avec Adalberto Barreto (Descartes & Cie), De l’art du changement en addictologie et psychothérapie, avec Nicole Hugon (Voyage avec correspondance, Satas)....

Commandez la Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°64

https://www.hypnose-therapie-breve.org/shop/Revue-Hypnose-Therapies-breves-n-64-version-Papier_p147.html

Au sommaire:

. Edito – Julien BETBÈZE

. Claire ROSSIN – Autohypnose et TOS chez l’enfant anxieux

L’auteure explique comment Noé, 7 ans, souffrant de troubles du sommeil, a pu s’approprier rapidement les outils proposés au cours de la thérapie (7 séances sur 5 mois) et les réinvestir au quotidien pour atteindre une autonomie dans la résolution de ses difficultés.

. Séverine LEJEUNE – Ces histoires qui nous façonnent
L’auteure, pédopsychiatre, nous propose de partager les lettres écrites aux parents, enfants et adolescents, lettres inspirées par les thérapies narratives et qui ont servi de support pour ses appels téléphoniques aux familles pendant le confinement.


. Stéphane OTTIN PECCHIO – Etats de conscience de l’hypnose musicale à l’hypnose artistique. Cet article analyse les états de conscience hypnotiques du point de vue du musicien ou de l’auditeur dans différentes situations : concert classique ou concert-thérapie, séance individuelle ou autohypnose.



.Guy MISSOUM – Success story et entraînement mental. L’auteur explique comment aider le patient à combattre le manque de confiance en soi avec différents moyens qui passent tous par une indispensable connaissance de soi.

. Espace Douleur Douceur - Gérard OSTERMANN – Edito

. Mireille SÉJOURNÉ – Troubles digestifs, hypnose et acupuncture. Gynécologue à la pratique enrichie d’une formation en acupuncture et en Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), l’auteure nous propose une approche qui combine hypnose et MTC appliquée aux troubles digestifs. Clair et simple, le script détaillé dans l’article et appelé ''Harmonie du Papillon'' peut être refait par le patient chez lui, régulièrement.


. Anne SURRAULT – Une parenthèse enchantée avec Gustave. Récit d’une séance de thérapie narrative : carte de l’externalisation. La patiente est venue consulter initialement suite à un conflit conjugal…



. Rachel REY – Anxiété infantile au bloc opératoire. Travaillant depuis quinze ans comme infirmière anesthésiste au bloc opératoire de l’Hôpital d’enfants à Nancy, l’auteure a notamment constaté que murmurer des histoires à l’oreille des enfants à l’induction se révélait extrêmement efficace, car pour entendre sa voix l’enfant doit cesser de pleurer et de se préoccuper de l’agitation ambiante.



Dossier : S’éloigner de la dépression
. Frédéric BERBEN – Prévention de l’épuisement professionnel
Les approches intégrées de méditation, d’hypnose, de mouvements psycho-corporels permettent une liberté dans l’endroit où le thérapeute-formateur va poser le levier pour générer un changement. La pluralité des outils autorise davantage de points d’appui adaptés aux différences individuelles des professionnels.



Nelly CADRA – Métaphores et deuil. 
Léa, 15 ans, vient consulter suite au décès brutal de son père. En ressort le récit de trois séances avec les métaphores utilisées par la pédiatre : le gouffre sans fond ; le tilleul et le chêne ; la souris, le lapin et les elfes.


Jean-Pierre BOYER – Quels petits mieux pour sortir de la dépression? 
Depuis vingt ans l’auteur lie hypnose et approche solutionniste. Il détaille ici la méthode avec pour exemple Geneviève, 35 ans, déprimée, agressive, insomniaque et sujette à des troubles des conduites alimentaires. La « Question Miracle » est bien entendu au centre de l’entretien.

Rubriques
. Les champs du possible :
Adrian CHABOCHE – ‘« Docteur, j’ai enfin échoué !’ »
.
Quiproquo, malentendu et incommunicabilité : Stefano COLOMBO et MUHUC – Epuisement professionnel…
.
Les grands entretiens : Gérard FITOUSSI – Interview de Alain VALLÉE
.
Culture Monde : Nicolas D’INCA – Les guérisseurs touaregs.

Crédit Photo: © Marc Gratas

Rédigé le Mardi 26 Juillet 2022 à 23:47 | Lu 169 fois modifié le Mercredi 27 Juillet 2022

Laurent Gross
Laurent Gross, Président du CHTIP, Responsable pédagogique de l'Institut In-Dolore et d'Hypnotim.... En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
Twitter


By In-Dolore



Tel: 09 51 00 86 48




Les blogs
par Laurence ADJADJ

Formation EMDR - IMO, Hypnothérapie à Marseille. 8 jours

Formation en Hypnose et Mouvements Oculaires de type EMDR-IMO pour les praticiens professionnels de...

par Laurence ADJADJ

Formation EMDR - IMO à Marseille. 3 Jours

Prise en charge intégrative du Psychotraumatisme. 3 jours Formation en Hypnose et Mouvements...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 3 de 1ère Année

Programme de la Session 3 de la formation en hypnose ericksonienne à Marseille : 3 Jours - Les...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 2 de 1ère Année

Programme de la Session 2 de la formation en hypnose thérapeutique : Objectifs pédagogiques de...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 1 de 1ère Année

Programme de la Session 1 : Module 1 : les fondamentaux de l’hypnose Durée : 3 jours Objectifs...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et sevrage tabagique

Comment l’hypnose permet de se libérer du tabac   L'hypnose est reconnue comme l'un des...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et Burn out

Le Burn out ou le syndrome d'épuisement professionnel Comment l’hypnose permet de sortir du burn...


Le CHTIP devient membre de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves

En ce jour de Janvier 2019, le Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris rejoint la CFHTB Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves.

La CFHTB regroupe des Instituts Milton Erickson et des associations de praticiens travaillant dans le champ de l’hypnose et des psychothérapies brèves.
Elle représente environ 3000 professionnels de France, Belgique, Suisse et Québec.



Comment reconnaître une "bonne" formation à l'hypnose ?

L'hypnose, en tant que technique de soins, est de plus en plus reconnue, de nombreuses publications scientifiques lui sont consacrées et ont montré l'efficacité de cette technique, les neurosciences donnent une assise encore plus scientifique à l'hypnose en montrant qu'il se "passe quelque chose" d'identifiable au niveau cérébral pendant l'hypnose, l'académie de médecine reconnaît dans un rapport récent qu'il s'agit d'une thérapie qui a montré son efficacité dans les soins douloureux ou dans des troubles psychiques tels le psychotraumatisme, et le dernier rapport de l’INSERM fait le tour d’un grand nombre de publications qui attestent de son intérêt en situations de soins...


Formation réservée exclusivement aux professionnels de santé

Médecins,
Dentistes,
Sages-Femmes,
Infirmièr(e)s,
Kinésithérapeutes,
Ostéopathes,
Orthophonistes,
Psychologues,
Psychothérapeutes,
Ergothérapeutes,
Psychomotricien(ne)s
Assistantes Dentaires

Tous les professionnels de santé, pour une formation en hypnose médicale et paramédicale.






Notre institut est partenaire des revues: HYPNOSE et THERAPIES BREVES, LA REVUE DE L'HYPNOSE et de la SANTE

Colloques Hypnose et Thérapies Brèves - Colloques de la Revue de l'Hypnose et de la santé