Collège d'Hypnose de Paris: une Formation Ericksonienne, Médicale, EMDR
Formation Hypnose à Paris
7ème Session: Analyse des pratiques, supervision. Formation en EMDR - IMO, 3 Jours à Paris. Groupe Bordeaux 6ème Session: Formation en EMDR - IMO 5ème Session: Formation Thérapies Brèves Orientées Solution 4ème Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique. Session 2. Formation en Thérapies Brèves Orientées Solution. Groupe Orange. 3ème Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique. Session 1. Formation en Thérapies Brèves Orientées Solution. Groupe Orange 2ème Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique Formation en EMDR - IMO, 3 Jours à Paris. Groupe Orange 1ère Session: Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux chronique Formation EMDR - IMO: Thérapie Intégrative du Psychotraumatisme Supervision de thérapeutes avec Sophie TOURNOUËR Supervision en Hypnose, EMDR - IMO avec Laurent GROSS Master Class exceptionnelle: la provocation bienveillante, avec le Dr Yves DOUTRELUGNE. Formation exceptionnelle Hypnose Profonde et Directivité avec le Dr Dominique MEGGLE EMDR - IMO : Les mouvements oculaires en psychothérapie Supervision de thérapeutes avec le Dr Philippe AÏM MASTER CLASS Pr Antoine BIOY "Développez votre intuition, empathie, et créativité grâce à l’hypnose" - Janvier 2018 à Paris Master Class: Hypnose non-verbale avec le Dr Isabelle BOUILLEVAUX Hypnose : les compétences de base pour la pratique avancée. Conférence de Dan Short à Paris!
Formation au Collège d'Hypnose & Thérapies Intégratives de Paris: Formation en Hypnose Médicale et Paramédicale, Hypnothérapie, Hypnose en Douleur Aiguë et Chronique, Formation EMDR, Hypnose Ericksonienne à Paris

Hypnoscope Janvier 2021 - Actualités Thérapeutiques



Quand l'hypnose médicale fait ses preuves - Grand Bien vous fasse - France inter

Coup de projecteur sur les dernières recherches scientifiques sur l’hypnose médicale.
Oubliez les images superficielles de l’hypnose. L’hypnose plus ou moins subtilement mise en scène dans des émissions de télévision ou dans de plaisants spectacles de music-hall. Oubliez également l’idée que l’hypnose serait une variété de sommeil où un hypnotiseur manipulateur vous suggèrerait de faire des choses plus ou moins ridicules.

L'hypnose médicale permet de soulager certaines pathologies comme les douleurs chroniques, l’anxiété ou les phobies, ou de se défaire de certains comportements. Vous le verrez, l'hypnose permet de retrouver l'unité corps/esprit grâce au pouvoir de l'imagination et du lâcher prise. Avec un but : retrouver une certaine forme de liberté. Nos experts vous donneront également des clés pour pratiquer l’auto-hypnose en toute sécurité.

En finir avec les clichés sur l'hypnose
L'hypnose dans notre Histoire commence au 18ème siècle, à la cour de Marie-Antoinette. C'est d'abord une affaire de soin, de traitement médical. Le folklore qui l'a accompagnée l'a toujours desservie précise Adrian Chaboche.

De son côté Sébastien Bohler souligne que grâce aux neurosciences, on peut voir que le cerveau fonctionne différemment en état d'hypnose. Qu'il y a de véritables effets qui peuvent être quantifiés. C'est une sorte de discipline scientifique.

Jean-Marc Benhaiem redéfinit l'hypnose médicale comme "la puissance de l'influençabilité qui est à la fois tout à fait bénéfique puisque ça nous permet d'apprendre, mais en même temps cette influençabilité peut nous nuire. On peut être sous l'emprise de quelque chose (addiction, peur, traumatisme...). L'idée de réserver l'hypnose à la sphère médicale c'est de s'en servir comme d'une thérapie - et pas pour manipuler."

Christophe André : "Quand on parle d'hypnose aujourd'hui c'est un peu comme quand on parle de méditation. On parle de pratiques très variées. Et il va falloir mettre un peu d'ordre, mieux comprendre les profils, les différentes façons d'hypnotiser."

L'hypnose comme expérience de la liberté
Jean-Marc Benhaeim explique à ses patients qui arrivent dans son cabinet qu'au lieu de les manipuler, il va les "dé-manipuler".

Par l'industrie du tabac, vous êtes manipulés. Par des souffrances de l'enfance aussi. Et notre travail est de vous désenvoûter.
L'objectif c'est de libérer une personne d'une pensée, d'une peur, d'un souvenir traumatique.
Pour Adrian Chaboche, il y a une "partie régressive. C'est aussi une affaire de sensations. Parfois on va obtenir des résultats rapides et très spectaculaires, mais parce que la personne est prête."

C'est un mécanisme qui fonctionne aussi lorsque la personne a déjà pris conscience de certaines choses, ce qui permet de la libérer.
"La petite différence entre l'hypnose et la psychanalyse, c'est que le patient n'a pas forcément besoin de tout comprendre et c'est assez reposant."

L'hypnose : un état actif
Sébastien Bohler : Contrairement à ce qu'on pense, l'hypnose ce n'est pas un moment où on est forcément passif, où on se laisse pénétrer par un hypnothérapeute.
"Il va falloir participer, mobiliser des souvenirs, des images, des métaphores. La conscience n'est pas du tout éteinte, et la mémoire non plus."

Tout le monde est-il hypnotisable ?
Adrian Chaboche : "Oui à condition que... Il faut tout d'abord que la personne en ait envie, qu'elle se sente en confiance avec le thérapeute. C'est pourquoi il est important de bien choisir son thérapeute, qu'il/elle ait suivi les bonnes formations (qu'il s'agisse de professionnels de santé). Tout le monde peut accéder à l'état d'hypnose, car il s'agit d'un état neurologique naturel."

La suite est à écouter...


La nouvelle anesthésie - Reportage - France 3


L'hypnose s'invite à l'hôpital - Magazine Générations - Clinique de la Source

Que ce soit pour calmer l'anxiété d'un examen médical, pour apaiser les douleurs d'un changement de pansement ou pour réduire les quantités de sédatifs, cette pratique est désormais de plus en plus appréciée par les patients et les soignants. Explications.

Disons-le d'emblée : non, sous hypnose personne n'ira cambrioler une banque ou manger des vers de terre contre son gré. Heureusement, l'époque où cette pratique était perçue comme une façon de manipuler autrui est révolue. En revanche, l'hypnose est devenue un outil supplémentaire au service des soignants et de leurs patients.

La transe hypnotique, du nom de l'état de conscience modifié dans lequel se trouve la personne hypnotisée, permet de surmonter des situations jugées délicates en état de conscience habituel. «Nous constatons clairement une évolution de la demande pour de l'hypnose, de la part de nos patients, explique Stéphanie Deroo, infirmière clinicienne à la Clinique La Source de Lausanne. Ils sont de plus en plus intéressés par cette pratique, car ils savent qu'elle apporte de nombreux bénéfices. Nous l'utilisons en complémentarité des soins plus traditionnels. »

Depuis 2018, la clinique lausannoise propose l'hypnose dans les unités de soins pour réduire l'anxiété des patients hospitalisés ou pour limiter les désagréments de certains actes médicaux douloureux (changements de pansements, pose d'une intraveineuse, entre autres). En radiologie, cette pratique est proposée lors de scanner ou d'IRM, car elle permet aux personnes claustrophobes ou angoissées de surmonter leurs peurs. Mais l'hypnose s'invite également au bloc opératoire : «Nous pouvons l'utiliser pour diminuer fortement les quantités de médicaments anesthésiques administrés lors des différentes chirurgies dites de surface : pose d'un pacemaker, excision d'un lipome, opération d'une hernie. Elle est aussi utile lors d'endoscopie ou de la mise en place d'une péridurale, explique Manuela Kohler, médecin anesthésiste à la Clinique La Source. Grâce à cette technique, les quantités de médicaments sont fortement revus à la baisse. Cela permet une récupération beaucoup plus rapide et évite également aux patients de subir les effets secondaires liés aux produits utilisés pour les narcoses. » Marinette Kohli en a fait l'agréable expérience, en 2019, lors d'une opération pour une hernie ombilicale: «J'avais fait quelques séances d'hypnose, il y a plus de cinq ans, pour atteindre certains objectifs sportifs. J'étais donc sensible à cette pratique et j'ai demandé au chirurgien si c'était possible d'y avoir recours pour éviter l'anesthésie générale et ses conséquences. Je pensais qu'il fallait une longue préparation, mais pas du tout. Le jour de l'intervention, l'hypnothérapeute m'a suggéré de faire un voyage intérieur (lire encadré) pour s'assurer que j'entrais facilement en état de conscience modifiée, ce qui a été le cas. » C'est ainsi que la quinquagénaire a pu se faire opérer, tout en restant éveillée. Plutôt que l'habituelle anesthésie générale prévue pour ce genre d'intervention, la patiente a bénéficié d'une anesthésie locale et d'une séance d'hypnose tout au long de l'opération. «Je me souviens d'avoir vu le chirurgien, les soignants, mais je n'ai ressenti aucune douleur. A un moment donné, j'ai perdu le fil et je suis sortie de mon état hypnotique. J'ai un peu paniqué, mais l'hypnothérapeute m'a rassurée, elle m'a suggéré de reprendre là où j'en étais et tout s'est super bien passé. » Marinette Kohli est alors sortie de la salle d'opération sans passer par la salle de réveil. «J'avais déjà été opérée pour une hernie, deux ans auparavant, sous narcose totale et j'ai mis un long moment à me réveiller et plusieurs jours à récupérer. Cette fois-ci, je n'ai ressenti aucune fatigue postopératoire. »

Le groupe hypnose de la Clinique La Source est composé, aujourd'hui, en plus de Mesdames Deroo et Kohler, d'une infirmière en anesthésie, d'une technicienne en radiologie et d'un autre médecin anesthésiste. «L'hypnose est un soin complémentaire aux traitements dispensés à la clinique, explique Stéphanie Deroo. Les chirurgiens, mais aussi les collègues des étages ou des soins intensifs font appel à notre groupe lorsqu'ils jugent que cette pratique peut être utile à leurs patients. Ainsi, nous utilisons l'hypnose également en cas de douleurs chroniques, pour un accompagnement en fin de vie, lors de troubles du sommeil, d'angoisses ou d'une volonté d'arrêt de tabac. Nous essayons de répondre aux objectifs des patients et n'hésitons pas à proposer d'autres soins, lorsque l'hypnose ne suffit pas. »
Yseult Théraulaz

SUGGÉRER POUR MIEUX S'ÉVADER
L'hypnose la plus en vogue actuellement est celle mise au point par l'Américain Milton Erickson (1901-1980). On parle donc d'hypnose ericksonienne. L'hypnothérapeute accompagne la personne hypnotisée en lui suggérant des images, afin de lui permettre d'entrer en transe, de s'éloigner mentalement de la situation dans laquelle elle se trouve.

Tout un chacun est capable de se mettre dans cet état de conscience modifié, il ne s'agit pas de partir « loin» ni d'être totalement déconnecté de la réalité. Tout le monde a déjà expérimenté cet état: à un feu rouge lorsqu'on est dans la lune et que l'on perçoit pourtant qu'il est temps de redémarrer, car le feu est passé au vert. Lors d'une conversation dont on perd momentanément le fil en s'évadant «ailleurs», tout en continuant à entendre les voix autour de soi.

Lors d'un acte médical, l'hypnothérapeute détourne l'attention du patient, afin que le soin (la pose d'une intraveineuse ou la pratique d'une chirurgie) soit relayé en second plan. A tout moment, le patient peu revenir à l'instant présent, il n'est pas enfermé dans sa transe. Il fait un voyage intérieur lui permettant de ne plus se focaliser sur ce qui l'angoisse ou lui fait mal. «Lors de mon opération, j'ai entrepris mentalement un périple en commençant dans une forêt. Je pouvais sentir les odeurs des arbres. Ensuite, j'ai continué mon voyage sur une plage. Je percevais les grains de sable sous mes pieds, le bruit des vagues, la chaleur des rochers. J'ai fait appel à mes cinq sens, tout au long de ma transe et cela m'a permis de me faire opérer sans anesthésie et sans ressentir aucune douleur. J'étais pourtant éveillée pendant toute l'intervention», précise Marinette Kohli.

Rédigé le Lundi 15 Février 2021 à 14:19 | Lu 294 fois modifié le Lundi 15 Février 2021

Marion CHERVY
Directrice Communication au CHTIP En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
Twitter



Tel: 09 51 00 86 48






Les blogs
par Laurence ADJADJ

Formation EMDR - IMO, Hypnothérapie à Marseille. 8 jours

Formation en Hypnose et Mouvements Oculaires de type EMDR-IMO pour les praticiens professionnels de...

par Laurence ADJADJ

Formation EMDR - IMO à Marseille. 3 Jours

Prise en charge intégrative du Psychotraumatisme. 3 jours Formation en Hypnose et Mouvements...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 3 de 1ère Année

Programme de la Session 3 de la formation en hypnose ericksonienne à Marseille : 3 Jours - Les...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 2 de 1ère Année

Programme de la Session 2 de la formation en hypnose thérapeutique : Objectifs pédagogiques de...

par Laurence ADJADJ

Formation en Hypnose Thérapeutique et Médicale à Marseille. Session 1 de 1ère Année

Programme de la Session 1 : Module 1 : les fondamentaux de l’hypnose Durée : 3 jours Objectifs...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et sevrage tabagique

Comment l’hypnose permet de se libérer du tabac   L'hypnose est reconnue comme l'un des...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et Burn out

Le Burn out ou le syndrome d'épuisement professionnel Comment l’hypnose permet de sortir du burn...


Le CHTIP devient membre de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves

En ce jour de Janvier 2019, le Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris rejoint la CFHTB Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves.

La CFHTB regroupe des Instituts Milton Erickson et des associations de praticiens travaillant dans le champ de l’hypnose et des psychothérapies brèves.
Elle représente environ 3000 professionnels de France, Belgique, Suisse et Québec.



Comment reconnaître une "bonne" formation à l'hypnose ?

L'hypnose, en tant que technique de soins, est de plus en plus reconnue, de nombreuses publications scientifiques lui sont consacrées et ont montré l'efficacité de cette technique, les neurosciences donnent une assise encore plus scientifique à l'hypnose en montrant qu'il se "passe quelque chose" d'identifiable au niveau cérébral pendant l'hypnose, l'académie de médecine reconnaît dans un rapport récent qu'il s'agit d'une thérapie qui a montré son efficacité dans les soins douloureux ou dans des troubles psychiques tels le psychotraumatisme, et le dernier rapport de l’INSERM fait le tour d’un grand nombre de publications qui attestent de son intérêt en situations de soins...


Formation réservée exclusivement aux professionnels de santé

Médecins,
Dentistes,
Sages-Femmes,
Infirmièr(e)s,
Kinésithérapeutes,
Ostéopathes,
Orthophonistes,
Psychologues,
Psychothérapeutes,
Ergothérapeutes,
Psychomotricien(ne)s
Assistantes Dentaires

Tous les professionnels de santé, pour une formation en hypnose médicale et paramédicale.