Collège d'Hypnose de Paris: une Formation Ericksonienne
Formation Hypnose à Paris
Formation au Collège d'Hypnose & Thérapies Intégratives de Paris: Thérapies Brèves, EMDR-IMO, Hypnose Ericksonienne

Hypnoscope Novembre 2018 - Actualités Thérapeutiques



Hypnose : 5 choses à savoir avant de se lancer - Femme Actuelle

Qu’est-ce que l’hypnose ?
Les phénomènes de transe sont connus depuis des temps anciens mais le terme d’hypnose apparait pour la première fois au début du 19ème siècle. L’état d’hypnose est compliqué à définir, c’est un état de conscience particulier, et surtout ce n’est ni de l’éveil ni du sommeil « L’état d’hypnose correspond à un état de conscience modifiée (la transe) et à une activité cérébrale propre différente de celle de l’état d’éveil ou celle que l’on peut observer dans les différentes phases de sommeil. C’est un phénomène qui est produit par l’esprit de la personne hypnotisée et qui émerge du lien avec l’environnement et/ou de la relation avec autrui. La transe hypnotique amène à une modification de la perception du sujet, une sorte de perception plus élargie», décrit Roseline Bueder, psychologue et hypnothérapeute à Paris.

Quel type d’hypnose choisir ?
Il existe plusieurs formes d’hypnose et la plupart du temps, le thérapeute les utilise dans sa pratique en s’adaptant au contexte et au patient.
Dans le cas de l’hypnose par suggestion directe, le thérapeute est autoritaire et directif, un peu comme s’il donnait des ordres. Cette forme est opposé à l’hypnose par suggestion indirecte, que l’on appelle hypnose ericksonnienne: « le thérapeute utilise des suggestions ouvertes et invite la personne à progresser dans la transe à sa guise, il s’adapte au patient, le ton n’est pas dirigiste »,ajoute la spécialiste. Il existe aussi l’hypnose conversationnellequi se présente sous la forme d’une conversation entre le thérapeute et le patient dans laquelle le thérapeute utilise des stratégies précises pour rendre la communication hypnotique. C’est une technique que le praticien peut adopter comme base de communication avec le patient.

Comment se déroule une séance ?
Les séances d’hypnose ne sont pas les mêmes d’un thérapeute à l’autre et les techniques utilisées peuvent varier selon le contexte et le patient. « La position confortable n’est pas une nécessité, on peut entrer en hypnose assis sur un tabouret ou même debout. »
En premier lieu, le thérapeute va capter le langage corporel et verbal du patient puis, par des méthodes d’induction, l’amener vers cet état de transe en s’adaptant à son langage à son rapport au monde. Ce dernier peut être de différent type : visuel comme le bleu du ciel ou les nuances de couleurs des feuilles d’automne, sonore (chant des oiseaux, voix de proches), issu de l’odorat(odeur d’un gâteau qui sort du four) ou encore lié au mouvement comme le roulis des vagues ou un train qui se déplace.
Viennent alors les plus thérapeutiques qui vont permettre à la personne de se reconnecter à ses ressources.

Quels sont les champs d’action de l’hypnose ?

Les domaines d’application de l’hypnose sont variés, comme l’explique Roseline Bueder « on peut travailler avec de l’hypnose sur la douleur chronique ou aigüe, sur les symptômes psychosomatiques, comme outil à intégrer dans un suivi psychothérapeutique. Il est même possible de la pratiquer une chirurgie en alternative à l’anesthésie générale pour certaines interventions ou même en accouchement»

Tout le monde est-il répondant ?
Pour la thérapeute, nous sommes tous réceptifs à l’hypnose puisqu’il s’agirait d’une capacité que notre esprit possède naturellement. Comme lorsque nous sommes éveillés ou lorsque nous dormons, nous pouvons aussi entrer dans cet état de conscience modifié spontanément. « En fait, on peut expérimenter l’hypnose plusieurs fois par jour, par exemple quand vous lisez consciencieusement un livre ou que vous regardez un film, vous êtes ailleurs, vous ne vous rendez pas compte du temps qui passe par exemple, vous êtes ailleurs et aussi présents. Mais certaines personnes, ont un tel besoin de contrôle ou appréhende la séance, qu’elles activeront difficilement cette capacité ou resteront en transe légère. Alors on apprend, et on s’entraine à provoquer l’état d’hypnose, et parfois sans surtout lâcher prise cela va prendre un peu plus de temps que prévu avant d’y arriver… et tout en gardant bien le contrôle ! » ajoute la spécialiste.


Hypnose, acupuncture : quand les hôpitaux se mettent aux médecines complémentaires - France 24

En France, les médecines alternatives ou complémentaires, comme l'hypnose ou l'acupuncture, ont le vent en poupe. Plus de 58 % des Français se seraient tournés vers ce genre de soins en 2017 et plus de 6 000 médecins se sont déjà formés à ces pratiques dites "douces" que les hôpitaux n’hésitent plus à intégrer. Mais il existe aussi sur le marché des milliers de thérapeutes autoproclamés ne disposant d'aucun diplôme d'État. Que faut-il penser de toutes ces pratiques ?


Hypnoscope Novembre 2018 - Actualités Thérapeutiques

Occitanie : l’hypnose au service des patients - Midi Libre

La pratique propose une alternative aux anesthésies chimiques et aux traitements analgésiques médicamenteux.
Depuis quelques années, l’hypnose a poussé la porte des cabinets médicaux et des salles d’opération. Loin des spectacles du fascinateur Messmer, la pratique se présente comme une alternative aux anesthésies médicamenteuses et séduit de plus en plus de praticiens. Médecin anesthésiste, le docteur Guylaine Tran pratique l’hypnose depuis une dizaine d’années au CHU de Nîmes. Invitée de Midilibre.fr pour répondre en direct aux interrogations des internautes, elle fait le point sur une pratique encore méconnue des patients.

1 - L’hypnose, un procédé novateur ?
Après avoir été mise au ban de l’anesthésie par les procédés chimiques, l’hypnose est aujourd’hui une pratique qui gagne du terrain. La pratique est pourtant loin d’être nouvelle. Au XIXe siècle, on pratiquait déjà des ablations du sein selon cette méthode. "C’est un processus très ancien que tout le monde a déjà expérimenté dans sa vie personnelle, explique le docteur Tran. Quand nous sommes en état d’éveil, une partie de notre cerveau fonctionne en liaison avec le monde extérieur. Mais il possède aussi un mode hypnotique qui vous permet de vous évader, tout en gardant la faculté de revenir à tout moment dans la réalité." Un pêcheur à la ligne qui regarde son bouchon ne voit pas le temps passer car il active ce mode hypnotique. "L’hypnose médicale consiste à l’activer pour en tirer un bénéfice pour le patient."

2 - Que peut-on en attendre ?
Le recours à l’hypnose se fait principalement dans le cadre des douleurs chroniques ou d’anesthésies préopératoires. "Au bloc, l’hypnose est souvent associée à l’administration de petites doses d’analgésiques en fonction du ressenti du patient. Cela concerne des interventions chirurgicales de surface : endoscopie, chirurgie thyroïdienne ou gynécologique, acte dentaire… " Pour le docteur Tran, l’hypnose apporte surtout du confort en réduisant de 50 % la perception de la douleur. Le meilleur exemple ? Le temps de récupération réduit à quelques dizaines de minutes à peine après une intervention sous hypnose, contre plusieurs heures en cas d’anesthésie chimique. "Il existe des preuves scientifiques de l’efficacité de l’hypnose. Ce n’est ni un placebo, ni du charlatanisme, ni une croyance. C’est une science."

3 - À qui cela s’adresse ?
De l’avis de l’ensemble des praticiens, et même si certains présentent des réticences, l’hypnose est accessible à tous les patients. "Le plus important, c’est d’établir un lien de confiance pour que la personne lâche prise avec l’extérieur. Ensuite, on ne fait que suggérer. L’hypnose, tout le monde l’a en soi." Reste que les enfants, et leur imaginaire développé, sont souvent plus réceptifs aux sollicitations des anesthésistes hypnotiseurs.

4 - Un risque de perdre le contrôle ?
Ne plus contrôler ses gestes et ses idées, c’est la crainte principale à laquelle les anesthésistes doivent faire face. "Les gens ont peur d’une prise de pouvoir alors que c’est l’inverse qui se passe. Notre travail, c’est de permettre au patient de faire appel aux ressources qu’il a en lui. Au contraire, cela permet au patient de redevenir acteur de son opération. L’hypnose n’est pas une période de sommeil, c’est une hyperactivité du cerveau."
NICOLAS ZARROUK

Rédigé le Lundi 3 Décembre 2018 à 12:23 | Lu 29 fois modifié le Lundi 3 Décembre 2018

Marion CHERVY
Journaliste/ Chargée de Communication au CHTIP En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
Twitter



Tel: 09 51 00 86 48




Les agréments du CHTIP: DATADOCK, DPC, FIF-PL

Les agréments du CHTIP: DATADOCK, DPC, FIF-PL
Le CHTIP est référencé auprès du DATADOCK, plateforme qui centralise toutes les demandes de prise en charge dont le FIFPL.
Vous pouvez donc déposer un dossier. Nous pourrons vous fournir un devis et un programme détaillé de la formation choisie, sur demande.
Il faudra leur renseigner notre numéro d’enregistrement de formation continue : 11751503275.


Comment reconnaître une "bonne" formation à l'hypnose ?

L'hypnose, en tant que technique de soins, est de plus en plus reconnue, de nombreuses publications scientifiques lui sont consacrées et ont montré l'efficacité de cette technique, les neurosciences donnent une assise encore plus scientifique à l'hypnose en montrant qu'il se "passe quelque chose" d'identifiable au niveau cérébral pendant l'hypnose, l'académie de médecine reconnaît dans un rapport récent qu'il s'agit d'une thérapie qui a montré son efficacité dans les soins douloureux ou dans des troubles psychiques tels le psychotraumatisme, et le dernier rapport de l’INSERM fait le tour d’un grand nombre de publications qui attestent de son intérêt en situations de soins...


Formation réservée exclusivement aux professionnels de santé

Formation réservée exclusivement aux professionnels de santé
Médecins,
Dentistes,
Sages-Femmes,
Infirmièr(e)s,
Kinésithérapeutes,
Ostéopathes,
Orthophonistes,
Psychologues,
Psychothérapeutes,

Tous les professionnels de santé.



Les blogs
par Joëlle Couvreur

Hypnose et sevrage tabagique

Comment l’hypnose permet de se libérer du tabac   L'hypnose est reconnue comme l'un des...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et Burn out

Le Burn out ou le syndrome d'épuisement professionnel Comment l’hypnose permet de sortir du burn...

par Karima Rivera

Intégration des mouvements oculaires en hypnose et thérapies brèves

Karima Rivera nous parle de sa pratique des mouvements oculaires et des thérapies brèves. Laurent...

par Marie-Noelle Leblanc

Hypnose, Thérapies brèves et mouvements oculaires : Marie-Noëlle Leblanc, Psychologue clinicienne

Marie-Noëlle Leblanc est Psychologue clinicienne formée en hypnose ericksonienne au Collège...

par Marie-Noelle Leblanc

Maux....Passants...

Ecrit par Marie-Noëlle Leblanc, Psychologue clinicienne, hypnothérapeute et praticienne en...

par Florent Hamon

Hypnose et douleur : Florent Hamon, infirmier et praticien en hypnose médicale à Paris.

Florent Hamon explique sa pratique de l'hypnose au service des grands brûlés où il exercice en tant...





Accès privé réservé aux membres du CHTIP

Chers amis, cet espace vous est réservé.

En vous connectant avec vos Login et mot de passe, vous pouvez accéder au forum de discussion, à la galerie photos, aux téléchargements et aux petites annonces.

Lire la suite