Collège d'Hypnose de Paris: une Formation Ericksonienne
Formation Hypnose à Paris

Formation au Collège d'Hypnose & Thérapies Intégratives de Paris: Thérapies Brèves, EMDR-IMO, Hypnose Ericksonienne

Hypnoscope Octobre 2016 - Actualités Thérapeutiques



Hypnoscope Octobre 2016 - Actualités Thérapeutiques

A quoi sert l'hypnose ? - France 3 Nord Pas de Calais

Extraits choisis

Gérald Brassine est psychothérapeute-hypnothérapeute et invité de Nord Pas-de-Calais Matin jeudi 3 novembre, pour la sortie de son roman, La vengeance du jaguar, qui, entre autres fait découvrir la force thérapeutique de l'hypnose. A cette occasion, nous lui avons posé six questions sur l'hypnose.

Pour les traumas : hypnose ou psychanalyse ?
"Beaucoup de traumatismes sont mal soignés en France et en Belgique par les psychothérapies traditionnelles. On croit que parler ça fait du bien. Et bien non en matière de traumatisme. Quelqu'un qui a été agressé physiquement, ou sexuellement, a enregistré cela dans une partie de son cerveau. En psychanalyse, on peut parler pendant des années d'un traumatisme sans modifier l'état de la conscience. Ce faisant, on réveille la souffrance on peut développer des maladies psychosomatiques et ça peut aller jusqu'au suicide du patient. En fait, on répète le traumatisme, c'est ce qu'on appelle la "victimisation secondaire". Mais ça ne s'arrête, pas là, après le patient doit changer cette représentation mentale, ce traumatisme dont Serge Gainsbourg, par exemple, avait superbement décrit la mécanique" (cf l'Homme à la tête de chou) : Un soir qu'à l'improviste chtac Je frappe à ma porte toc toc Sans réponse je pousse le loqu Et j’écoute gémir le hamac Grincer les ressorts du paddock J'avance dans le black Out et mon Kodak Impressionne sur les plaques Sensibles de mon cerveau une vision de claque Je sens mon rythme cardiaque Qui passe brusquement à mach Deux tic tac tic tac Comme sous un électrochoc Elle était entre deux macaques Du genre festival à Woodstock (...) C'est là à jamais sur le bloc note de ma mémoire, Black sur Waret, et quoi que je fasse, ça me reviendra en flash back, bordel, jusqu'à ce que j'en claque.

Hypnose, sophrologie, méditation de pleine conscience, EMDR, même combat ?
Depuis deux ou trois siècles les personnes qui utilisent l'hypnose disent que le "cerveau est bête" au sens où il ne fait pas complètement la différence entre le réel de l'imaginaire, et Gérald Brassine rajoute : "c'est en cela qu'il est malin". Si effectivement la dépression est le refoulement des émotions, une fois en hypnose si la personne peut enfin toucher sa colère et en imagination exprimer cette colère sur quelque agresseur qu'il a rencontré (agressions sexuelles dans l'enfance ou viol à l'âge adulte, fait de guerre, agressions en rue, braquage, catastrophes dans la salle d'accouchement, fausses couche, etc..., cette rage va enfin pouvoir s'exprimer, le refoulement de la tristesse va s'arrêter en pouvant re-contacter sa tristesse dissociée, refoulée. Son deuil va enfin pouvoir se faire ! L'hypnose permet entre autre de faire une sorte de psychanalyse à très grande vitesse et en toute sécurité ! Les psychanalystes se régaleront d'intégrer ce type d'hypnose (PTR) pour faire ce qu'ils font déjà, mais en quelques séances au lieu de quelques années ! Dans les cas bien plus graves de traumas le fait de cette plasticité mentale en hypnose est d'un avantage énorme pour effacer les affects, images, sensation, odeurs qui sont imprimés. Les traumas sont résistants à la transformation, à l'insensibilisation sans l'usage d'un état modifié de conscience assisté par un professionnel actif. Il s'agit dans ce type d'hypnose de réaliser un travail égalitaire dans lequel patient et thérapeute font chacun leur travail ! Il ne s'agit plus d'une hypnose passive et parfois involontairement dominante dans laquelle le patient subit les métaphores, les propositions directes ou indirectes. Ici il co-cré avec le thérapeute d'importants changements parfois en un instant, alors même qu'il a travaillé ce trauma en thérapie verbales classique souvent pendant des années ! On est loin des craintes légitimes de Freud en ce qui concerne les suggestions directes, on est loin des hypnotiseurs de spectacle qui font croire à leur domination absolue sur leurs sujets."

Gérald Brassine, La vengeance du jaguar

Résumé
Le jour de ses 22 ans, Xavier, brillant étudiant en anthropologie, reçoit une caméra et une sarbacane, deux présents qui vont complètement modifier le cours de sa vie.

Pris dans la tourmente d’un réseau pédophile, le jeune homme va effectuer un terrible voyage initiatique qui le mènera en pleine jungle vénézuélienne à la rencontre des Indiens Yanomanis et de leurs rites chamaniques.

En se battant pour sauver la petite Ana, de l’horreur absolue, Xavier va découvrir l’amitié, l’amour, la vengeance ainsi que l’incroyable force thérapeutique de l’hypnose. Une aventure hors du commun dont on ne sort pas indemne...
 
 

LE CREUSOT : L’hypnose en médecine, on y croit fermement - Creusot Infos

La conférence « Actualités en cardiologie et chirurgie cardiaque » organisée par le club Cœur et Santé du Creusot jeudi soir à l’amphithéâtre Condorcet a littéralement envoûté un nombreux public. 

Plusieurs temps au cours de cette soirée avec la présentation par le Président Raymond Assemat du déroulé de celle-ci. En premier lieu, il a rappelé les missions du club Cœur et Santé : accompagner les cardiaques, favoriser leur réadaptation et relayer les actions de prévention de la FFC et des campagnes nationales. Rappelons que la bonne formule FFC est 0 cigarette, 5 fruits et légumes par jour et 30 minutes d’activité physique.

Le Docteur JP Dechaux dresse ensuite à la veille de novembre mois sans tabac, un constat dévastateur des méfaits de la cigarette avec des chiffres qui font peur : 28,8% des Français fument quotidiennement, 34,6% des 15-75 ans, 73 000 morts en 2013, et une mortalité ayant doublé chez la femme entre 2000 et 2013.

Ensuite, Olivier Bouchot, professeur de chirurgie cardiaque au CHU de Dijon, a retracé le parcours d’un patient pour une opération du cœur. Celui-ci a accepté d’être filmé au cours des différentes étapes, de sa prise en charge à son arrivée à l’hôpital, de la préparation à l’intervention, à l’opération elle-même, de la réanimation à la surveillance post opératoire jusqu’à la sortie et le retour à la maison.  Olivier Bouchot est venu avec une partie de son équipe, en particulier les infirmières spécialisées qui ont exposé leur tâche à tour de rôle lors de la projection du film. La prise en charge personnalisée du patient ainsi que le traitement des moments d’anxiété et de la douleur sont essentiels dans la réussite de toute intervention. Ce film, fruit d’un travail commun, a surtout renforcé les contacts au niveau des différentes équipes de l’hôpital.

Enfin, Jack Ravisy, cardiologue interventionnel à la clinique de Fontaine les Dijon et Marc Pillet, médecin anesthésiste-réanimateur hypnopraticien vont traiter de l’hypnose dans la prise en charge de la coronographie et de l’angioplastie coronaire. L’hypnose, selon Marc Pillet, se définit comme un état modifié de conscience. Le passage d’une vigilance à l’autre est toujours le fruit d’un accord du patient. Le thérapeute use de suggestions en utilisant diverses techniques : fixation du regard, attention portée aux différentes parties du corps, confusion… Les objectifs de l’hypnose sont la prise en charge de l’anxiété du patient, promouvoir son bien-être avant et pendant l’examen, faciliter la prise en charge médicale et para-médicale durant la coronographie et améliorer la qualité des soins et la satisfaction du patient.

Sarah,  infirmière hypnopraticienne, informe et recueille ou pas l’accord du patient selon son degré de motivation. Si la coopération et le climat de confiance sont instaurés, la première séance d’hypnose en chambre sera suivie d’une seconde en salle d’examen. Isabelle, infirmière anesthésiste, décrit les intérêts de l’hypnosédation, diminuer l’anxiété du patient avant l’acte et diminuer la perception de la douleur pendant et après l’acte.

En conclusion, l’hypnose en anesthésie permet d’envisager plusieurs enjeux. D’abord un enjeu scientifique et un enjeu médical où le patient devient acteur de sa guérison. Ensuite un enjeu psychosocial avec la création de nouveaux liens entre patient et soignant et une nouvelle philosophie de soin. Enfin un enjeu économique important avec peu d’équipement nécessaire, moins de fatigue, d’anxiété, de douleur et moins de prises de médicaments d’où une récupération plus rapide du patient et une reprise accélérée de son autonomie et de ses activités.
Joël Servy


Aide-mémoire - Hypnose en soins infirmiers - Infirmiers.com

Longtemps auréolée d’une réputation mystérieuse voire inquiétante, l’hypnose est aujourd’hui plus que jamais au cœur de l’actualité. Les soignants sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à ses propriétés, car outre ses vertus relaxantes, l'hypnose s'inscrit également dans une démarche analgésique. En cette journée mondiale contre la douleur, Rémi Etienne, infirmier en équipe mobile de soins palliatifs et formateur à l’Institut français d’Hypnose, nous présente « Hypnose en soins infirmiers », un aide-mémoire dont il est coauteur.

Depuis quelques temps, en milieu hospitalier, le développement de l'hypnose s'intensifie du fait de ses avantages cliniques.

Dans le domaine de la santé elle est appelée hypnose thérapeutique, médicale ou ericksonienne, et s’y inscrit comme une technique en plein essor. De nombreuses publications scientifiques ont contribué à légitimer son utilisation dans le champ de la douleur , de la psychothérapie ou plus largement de la prévention. Cette forme particulière d’hypnose est étroitement liée à Milton Erickson (1901-1980), psychiatre américain, qui a repensé totalement la manière de pratiquer cette technique. Il propose entre autres, de remplacer l’utilisation des suggestions directives (ex : « Dormez, je le veux »),  par l’emploi de suggestions permissives et indirectes (ex : « vous pourrez, lorsque vous le souhaiterez, fermer les yeux pour plus de confort »).

Cette approche, plus respectueuse du patient et moins autoritaire, permet de contourner les mécanismes de défense de celui-ci et, in fine, d’assouplir certaines résistances au changement.

L'hypnose à « l'état naturel »

Replacer le patient au cœur des soins, c’est ce que l’hypnose thérapeutique propose, en considérant que chaque personne possède en elle les ressources nécessaires pour modifier son rapport vis-à-vis d’une problématique. L’état d’hypnose est avant tout un état naturel, que l’on expérimente plusieurs fois par jour dans de nombreuses situations. L’exemple typique du trajet en voiture est sans doute le plus parlant. Qui ne s’est jamais laissé porté par ses pensées lors d’un trajet routinier ? Qui n’a jamais laissé son esprit vaguer à différentes choses en fixant étrangement un objet sans importance ? Cette faculté de dissociation, cette impression d’être « un peu ici » et en même temps « un peu ailleurs à la fois » est caractéristique de l’état hypnotique. C’est cette transe hypnotique que l’hypnopraticien va reproduire lors des séances d’accompagnement.

Dans le cadre de la prise en charge d’une douleur, que celle-ci soit aiguë ou chronique, la transe hypnotique va diminuer le ressenti mais aussi l’émotion en lien avec la perception douloureuse.

Une porte (enfin) ouverte aux paramédicaux

Longtemps réservées aux médecins et aux psychologues, les formations en hypnose se sont ouvertes progressivement aux paramédicaux et plus spécifiquement aux infirmiers. A ce jour, notre profession est sans doute la plus représentée au sein des formations en hypnose médicale. Il est également important de préciser qu’il n’existe aujourd’hui aucun cadre législatif pour encadrer  la pratique de l’hypnose.  Ce vide juridique conduit à une multiplication des formations dans ce domaine, sans que les participants aient le gage d’une formation sérieuse et adaptée à leur profession. En réponse, certains organismes ont fait le choix de proposer des formations spécifiquement dédiées aux professionnels de santé. L’Institut Français d’Hypnose a été l’un des pionniers dans ce domaine.

Les repères théoriques de l'hypnose : une forte demande des infirmiers

C’est dans ce contexte de fortes demandes en formations d’hypnose, qu’Elisabeth Barbier et moi même avons eu l’idée d’écrire cet aide-mémoire, notamment au travers de notre expérience de formateur en hypnose, où de nombreux infirmiers étaient en demande d’avoir des références théoriques, permettant de faire le lien entre la pratique de l’hypnose et leur profession. Après nous être concertés Elisabeth et moi même, avons décidé de rallier trois autres infirmiers, (Nathalie Jammot, Christine Berlemont, Thierry Moreaux), autour de ce beau projet d’Aide-Mémoire en soins infirmiers. Cet ouvrage propose d’aborder une multitude de thématiques directement en lien avec la pratique hypnotique et la profession infirmière. Il s’articule  autour de trois axes : des aspects théoriques : étapes d’une séance d ‘hypnose, construction des métaphores, hypnose conversationnelle… des fiches pratiques détaillées : soins infirmiers et actes médicaux courants et plus spécifiques des conseils généraux et organisationnels : formations, législation, installation de l’hypnose à l’hôpital…

Enrichi de nombreux exemples, cas cliniques et références scientifiques, cet aide-mémoire accompagnera tout professionnel dans sa pratique quotidienne. Actuellement, aucun ouvrage ne traite spécifiquement de l’hypnose dans les soins infirmiers. Certains d’entre-eux l’évoquent sans être particulièrement dédiés à la profession. Avant tout, nous avons souhaité réaliser un livre pratique, cohérent avec notre culture de soignant, facilitant ainsi le développement de nouvelles compétences au sein de notre profession. Si nous présumons que les infirmiers se reconnaîtront au travers des différents chapitres, nous espérons que d’autres professionnels de santé trouveront également un intérêt à parcourir cet ouvrage

 

 

Rémi ETIENNE IDE en équipe mobile de soins palliatifs  

à l'institut de cancérologie de Lorraine Vandœuvre-lès-Nancy (54)

Formateur à l’Institut français d’Hypnose à Paris (75)

Co-auteur du livre « Aide-mémoire - Hypnose en soins infirmiers »


Rédigé le Jeudi 3 Novembre 2016 à 16:12 | Lu 372 fois modifié le Mercredi 9 Novembre 2016

Marion CHERVY
Journaliste/ Chargée de Communication au CHTIP En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
Twitter



Tel: 09 51 00 86 48




Charte Ethique du CHTIP

Charte Ethique du CHTIP
Le CHTIP se propose de donner une formation qualifiante à la pratique thérapeutique de l’hypnose et des psychothérapies brèves qui s’en inspirent.
En raison des dangers que feraient peser sur le crédit scientifique de l’hypnose et des professionnels de santé qui l’utilisent un mauvais usage de cette formation, il est demandé aux membres de la CFHTB de souscrire au code éthique de la Confédération Francophone d’Hypnose et de Thérapies Brèves et à charge pour eux de communiquer celle-ci à leurs stagiaires. L’intérêt et le bienêtre du patient constituent l’unique objectif.


Comment reconnaître une "bonne" formation à l'hypnose ?

Comment reconnaître une
L'hypnose est une technique de soins de plus en plus reconnue, de nombreuses publications lui sont consacrées et ont montré l'efficacité de cette technique, les neurosciences donnent une assise encore plus scientifique à l'hypnose en montrant qu'il se "passe quelque chose" d'identifiable au niveau cérébral pendant l'hypnose, l'Académie Nationale de Médecine reconnaît dans un rapport récent qu'il s'agit d'une thérapie qui a montré son efficacité dans les soins douloureux ou dans des troubles psychiques tels le psychotraumatisme...


Formation réservée exclusivement aux professionnels de santé

Formation réservée exclusivement aux professionnels de santé
Médecins,
Dentistes,
Sages-Femmes,
Infirmièr(e)s,
Kinésithérapeutes,
Ostéopathes,
Orthophonistes,
Psychologues,
Psychothérapeutes,

Tous les professionnels de santé.



Les blogs
par Joëlle Couvreur

Hypnose et sevrage tabagique

Comment l’hypnose permet de se libérer du tabac   L'hypnose est reconnue comme l'un des...

par Joëlle Couvreur

Hypnose et Burn out

Le Burn out ou le syndrome d'épuisement professionnel Comment l’hypnose permet de sortir du burn...

par Karima Rivera

Intégration des mouvements oculaires en hypnose et thérapies brèves

Karima Rivera nous parle de sa pratique des mouvements oculaires et des thérapies brèves. Laurent...

par Marie-Noelle Leblanc

Hypnose, Thérapies brèves et mouvements oculaires : Marie-Noëlle Leblanc, Psychologue clinicienne

Marie-Noëlle Leblanc est Psychologue clinicienne formée en hypnose ericksonienne au Collège...

par Marie-Noelle Leblanc

Maux....Passants...

Ecrit par Marie-Noëlle Leblanc, Psychologue clinicienne, hypnothérapeute et praticienne en...

par Florent Hamon

Hypnose et douleur : Florent Hamon, infirmier et praticien en hypnose médicale à Paris.

Florent Hamon explique sa pratique de l'hypnose au service des grands brûlés où il exercice en tant...





Accès privé réservé aux membres du CHTIP

Chers amis, cet espace vous est réservé.

En vous connectant avec vos Login et mot de passe, vous pouvez accéder au forum de discussion, à la galerie photos, aux téléchargements et aux petites annonces.

Lire la suite